Coupe de la Ligue - Bordeaux / Gourvennec : " Jeter l'éponge n'est pas du tout mon intention "

Coupe de la Ligue - Bordeaux / Gourvennec : " Jeter l'éponge n'est pas du tout mon intention "©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le lundi 11 décembre 2017 à 16h06

A le veille d'affronter Toulouse en Coupe de la Ligue, Jocelyn Gourvennec a répondu aux questions des journalistes. L'entraîneur de Bordeaux ne veut pas baisser les bras, et compte sur une qualification pour les quarts de finale dans cette période difficile.

Comment appréhendez-vous le match contre Toulouse ? Vous savez très bien comment ça se passe, il faut se qualifier et s'offrir un quart de finale, il n'y a que ça qui compte. Cela va être un match difficile, avec beaucoup d'engagement. Il va falloir qu'on soit au même niveau d'intensité et d'engagement que ce qu'on avait fait en Championnat contre eux, en faisant en sorte de moins subir en début de match. Avez-vous l'impression de jouer la saison sur ce match-là ? On est dans une situation difficile, car la mauvaise série est longue et pas acceptable. Là, ce sera une parenthèse, et on sait très bien que les matchs de Coupe ont un parfum différent. On passe, ou ça s'arrête. On rit ou on pleure. On a besoin de résultats, de retrouver des sourires dans le vestiaire comme ça a été le cas après Saint-Etienne. Faut-il, dans ces périodes délicates, changer d'individus ou de système pour se rassurer ? Cela peut être les deux. Je suis comme tous les entraîneurs du monde. Au moment de faire la composition, je m'appuie sur ceux qui me paraissent être les plus costauds. Il n'y a pas d'entraîneur qui fasse de cadeaux aux joueurs. Demain, on va mettre une équipe pour se qualifier, avec les plus costauds dans la tête. Gourvennec : « J'aime mon métier, j'aime mon club »La fébrilité est-elle palpable au quotidien ? Bien sûr, car la série n'est pas bonne, et le match de vendredi a été une très mauvaise soirée. C'est évident que le groupe est impacté. Mais on n'a pas de dissensions au sein de l'effectif, on a un staff qui est uni, on est sur la même longueur d'onde avec la direction. Après, le constat qu'on fait est que la série s'étire et que ce n'est pas bon, pas acceptable. Comment voyez-vous la suite ? Je ne peux qu'affirmer que je veux me battre pour mon club, pour mon groupe. Que le groupe répond bien dans le travail mais a du mal à basculer dans la compétition. Mon rôle aujourd'hui, avec mon staff, c'est de rebondir pour réussir ce qu'on a fait il n'y a pas si longtemps. Jeter l'éponge n'est pas du tout mon intention, ni ce qui m'anime. Parce que j'aime mon métier, j'aime mon club, j'aime mon groupe, et j'aime mon staff. Gourvennec : « La direction et les actionnaires ne sont pas fous »Comment vivez-vous votre remise en cause par les supporters ? Je ne veux pas commenter ça et faire part de mes sentiments, ce n'est pas le plus important. Le plus important, c'est l'avenir des Girondins de Bordeaux. Je suis le responsable technique, donc mon rôle est de me défendre honnêtement. Après, il y a un mécontentement que je comprends. Je ne peux pas en vouloir aux supporters. Avez-vous reçu du soutien en interne ? Oui, de la part de la direction, de la part de Monsieur de Tavernost avec qui j'ai échangé. Encore une fois, on est d'accord sur le fait que la série est mauvaise en termes de résultats. Mais la direction et les actionnaires ne sont pas fous. S'ils estiment que les gens ne font pas leur boulot, ils changent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.