Coupe de la Ligue (8emes de finale) : Monaco assure contre Caen, Angers enfonce Metz

Coupe de la Ligue (8emes de finale) : Monaco assure contre Caen, Angers enfonce Metz©Media365

Geoffrey Steines, publié le mardi 12 décembre 2017 à 23h00

Monaco a fait le travail contre Caen pour valider sa place en quarts de finale de la Coupe de la Ligue mardi (2-0), comme Angers face à Metz (1-0) dans le même temps. L'ASM a ainsi fait honneur à son statut de finaliste de la compétition la saison passée.

Monaco n'a pas eu à en rajouter. Pas franchement embêtée par une équipe de Caen bien trop timorée, l'ASM n'a pas forcé pour assurer mardi sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue (2-0). Un but de Guido Carrillo, après un excellent travail de Rony Lopes, bien aidé par une passe suicidaire de Baïssama Sankoh, a longtemps suffi au bonheur des joueurs de la Principauté (34eme). Mais le milieu caennais s'est aussi retrouvé impliqué sur la deuxième réalisation de la soirée, avec un ballon gratté dans ses pieds par Joao Moutinho. Dans la foulée, Radamel Falcao a envoyé un lob de 40 mètres, une inspiration géniale qui a laissé pantois un Brice Samba peu en réussite dans la cage caennaise, lui qui est prêté par l'OM (85eme). Les deux hommes en forme de Monaco ont porté leur équipe, même si l'international colombien n'était pas titulaire. Malgré la pression mise par Vadim Vasilyev, celle de remporter une Coupe nationale en fin de saison, Leonardo Jardim n'avait pas hésité à faire tourner, avec les titularisations de Diego Benaglio, Terence Kongolo ou encore Kévin N'Doram. Patrice Garande avait opté pour la même stratégie, histoire de donner du temps de jeu à Stef Peeters, Jonathan Delaplace ou Christian Kouakou. L'ASM à sa main Mais comme en championnat en octobre (2-0), jamais les Normands n'ont réussi à réellement se lâcher. Ils ont bien réussi une entame intéressante et sont entrés avec détermination dans le second acte. Insuffisant pour faire trembler une arrière-garde monégasque sereine, dans le sillage d'un Kamil Glik autoritaire. Seul Adama Mbengue, l'un des Caennais les plus consistants cette saison, a pu inquiéter un minimum Diego Benaglio (57eme). Et encore... De l'autre côté, Monaco a appuyé sur l'accélérateur par intermittence. Dès que l'ASM l'a fait, Malherbe s'est retrouvé en danger, comme sur les gros ratés d'Adama Diakhaby (62eme) et de Carrillo (66eme). Thomas Lemar est aussi passé tout près de marquer un nouveau but contre son club formateur (82eme). Au final, jamais l'ASM n'a tremblé pour son entrée en lice dans une compétition dont elle a atteint la finale la saison passée. Elle est surtout le chemin le plus court vers un trophée affiché comme nouvel objectif prioritaire par la direction monégasque suite à l'élimination en Ligue des Champions. Angers s'en est bien tiré Dans l'autre rencontre de la soirée en Coupe de la Ligue, Angers a fait le strict minimum pour sortir Metz (1-0). Ce duel entre les deux derniers de L1, qui n'ont remporté à eux deux qu'un seul match de championnat sur les onze dernières journées, n'a pas atteint des sommets de jeu. Mais c'est un bijou d'Angelo Fulgini qui l'a fait basculer en faveur du SCO (52eme), Thomas Didillon n'étant néanmoins pas exempt de tout reproche, juste après avoir sorti la parade face à Thomas Mangani (51eme). Les hommes de Stéphane Moulin s'en sortent bien, tant ils sont passés proches de la correctionnelle en première période. Mais les Messins ont manqué une incroyable triple occasion pour Geronimo Poblete et Vincent Thill (35eme), un symbole du manque de réussite de ceux qui revenaient sur les terres de leur unique victoire de la saison en L1. Ils ont beau avoir poussé jusqu'au bout, ils n'ont pas arraché l'égalisation qui aurait envoyé les deux équipes en prolongation. Au lieu de cela, leur première partie de saison se noircit encore davantage. Pour Angers, l'éclaircie fait forcément du bien. A confirmer dimanche contre Nantes (15h00).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.