2001, l'odyssée de l'OL

2001, l'odyssée de l'OL©Media365

Thomas Siniecki : publié le mercredi 29 juillet 2020 à 18h52

PSG - OL, vendredi soir, sera la deuxième finale en une semaine au Stade de France, un véritable choc pour décerner cette fois la dernière Coupe de la Ligue de l'histoire. Toute la semaine, nous préparons ensemble ce rendez-vous.


Dans sa quête très structurée de progression vers les sommets, Jean-Michel Aulas a forcément marqué le 5 mai 2001 d'une pierre blanche. Ce jour-là, l'Olympique Lyonnais, en battant Monaco 2-1 en finale de Coupe de la Ligue au Stade de France, remportait le premier titre de son ère qui allait s'annoncer plus que glorieuse lors des années suivantes (sept titres consécutifs de champion de France). Lyon n'avait jusqu'alors glané que trois trophées au cours de son histoire, et il fallait remonter loin : trois Coupes de France en 1964, 1967 et 1973.

C'est donc cette année-là, et grâce à la Coupe de la Ligue - la seule remportée par les Gones - que l'OL de Jacques Santini a débuté sa dynastie en relançant son palmarès, après des qualifications successives à Sedan (1-2), Lens (1-3), Amiens (0-2) et contre Nantes (3-2), le futur champion de France.

Le capitaine Sonny Anderson - meilleur buteur du championnat avec 22 réalisations devant le Bordelais Pauleta (20) - ne marque pas en finale, laissant ce soin, une fois n'est pas coutume, à deux camarades défensifs : Claudio Caçapa d'abord, qui ouvre le score à la 35eme minute, puis surtout Patrick Müller qui délivre l'OL à la 118eme minute de la prolongation, après l'égalisation de Shabani Nonda pour l'ASM (64eme). Alors que les tirs au but s'approchaient fatalement à grands pas, le Suisse, qui venait d'entrer seulement douze minutes plus tôt, trompe Stéphane Porato d'un remarquable geste d'attaquant. Au terme d'un superbe rush côté gauche de Sonny Anderson qui, cette fois, s'est donc mué en passeur décisif.

Les équipes

OL : Coupet - Chanelet, Edmilson, Caçapa, Bréchet - Dhorasoo (Delmotte, 118eme), Foé (Müller, 106eme), Violeau, Laigle - Marlet (Govou, 77eme), Anderson.

Monaco : Porato - Panucci (Jurietti, 46eme), Marquez, Rodriguez, Léonard (Costinha, 78eme) - Giuly, Djetou, Farnerud, Gallardo (Bonnal, 97eme) - Simone, Nonda.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.