Versailles : Ce joueur qui a failli ne pas vivre le parcours de rêve

Versailles : Ce joueur qui a failli ne pas vivre le parcours de rêve©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mardi 01 mars 2022 à 13h11

Le petit poucet de la Coupe de France, Versailles, défie Nice avec un milieu de terrain qui a failli arrêter sa carrière l'été dernier.



Versailles, membre de National 2 et petit poucet de la Coupe de France, va tenter de poursuivre son incroyable parcours et de se hisser en finale de la doyenne des compétitions. Pour cela, il faudra aller l'emporter sur le terrain de l'OGC Nice, redoutable 3eme de Ligue 1, mardi soir (coup d'envoi à 21 heures). Afin de se rendre au Stade de France en fin de saison pour disputer une magnifique finale, l'équipe versaillaise du président Jean-Luc Arribart s'appuiera notamment sur son jeune capitaine Maël Durand de Gevigney mais aussi sur son précieux milieu de terrain Melvyn Vieira.

« On vient avec nos intentions, pour laisser la meilleure image possible de nous »


« Je pense qu'il faut préparer ce match comme tous les autres, sans se prendre la tête, observe Vieira dans L'Equipe. Le jouer avant ne sert à rien. Si on se pose trop de questions, on risque de l'aborder avec de l'appréhension. Il faut aussi l'aborder avec beaucoup de respect et d'humilité vis-à-vis d'eux. Mais on vient avec nos intentions, pour laisser la meilleure image possible de nous et du foot amateur. » Toutes ces rencontres victorieuses en Coupe de France, Melvyn Vieira (32 ans) aurait pourtant pu ne jamais y prendre part. L'été dernier, il a en effet été près de raccrocher. « Je ne m'attendais pas à ce que Saint-Malo me dise après dix ans (2010-2016 et 2018-2021) : "Melvyn, notre collaboration s'arrête." Le coach (Fabien Pujo) a décidé de tourner la page car j'étais là depuis longtemps. Selon lui, je n'avais plus la force mentale pour aller chercher la montée (en National). Il fallait faire de la place aux plus jeunes. Cette explication s'entend. Je ne l'accepte pas, mais je la respecte », détaille le milieu.

Melvyn Vieira : « Dans le monde amateur, on sacrifie aussi sa famille »

« J'ai fait pas mal de choses dans le foot amateur, des expériences qui avaient fonctionné, d'autres non. Je me suis dit : "C'est bon, j'ai 32 ans, pourquoi ne pas penser tout de suite à ma reconversion ?" J'avais déjà des idées, en plus, raconte Melvyn Vieira. Dans le monde amateur, on sacrifie aussi sa famille. Alors j'ai pensé que c'était le moment de la mettre en avant par rapport à tout ce qu'elle avait fait pour moi. Et puis, je ne me voyais pas jouer pour un autre club. Quand le coach de Versailles (Youssef Chibhi) m'a appelé la première fois, je lui ai dit que je ne m'imaginais pas jouer pour un autre club que Saint-Malo, dont j'étais amoureux. Il y avait la relation avec les bénévoles, les historiques du club. Et puis, c'est mon président qui m'a amené en déplacement lorsque ma femme était sur le point d'accoucher. »

Puis, Vieira a changé d'avis... Sous l'impulsion notamment de son épouse. « Elle a joué un grand rôle dans ma signature, comme mon meilleur ami. Mes parents aussi m'ont dit que j'avais encore beaucoup de choses à donner. Je suis content aujourd'hui que le foot le leur rende et me le rende. Égoïstement, je pourrais dire merci au coach qui m'a fait partir. Ce sont de beaux souvenirs, une jolie histoire à raconter. C'est incroyable, je ne pensais pas vivre ça ! », lâche celui qui a été formé à l'AJ Auxerre et a évolué en National à Boulogne-sur-Mer.

L'équipe probable de Versailles : Delaunay - Durand de Gevigney, Akueson, Diouf - Pham Ba, Vieira, Traoré - Michel, Diarrassouba, Sylva - Djoco.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.