Rumilly Vallières n'a "pas de regrets"

Rumilly Vallières n'a "pas de regrets"©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 14 mai 2021 à 10h06

Malgré son élimination par Monaco dans le dernier carré de la Coupe de France (1-5), le club de Ruilly Vallières (N2) aura vécu une expérience "inoubliable".



Le rêve aura duré une demi-heure. Si Rumilly Vallières a quitté la Coupe de France en demi-finales sur une lourde défaite contre l'AS Monaco à Annecy jeudi soir (1-5), le club de National 2 avait ouvert le score à la 20e minute d'une superbe frappe en lucarne d'Alexi Peuget à l'entrée à la surface (20e). Mais les Monégasques allaient rapidement revenir à hauteur, sur un but contre son camp, une tête plongeante ratée d'Arthur Bozon (27e), avant qu'Aurélien Tchouaméni ne leur donne l'avantage à la 32e minute de jeu. Le club du Rocher, qui affrontera le PSG en finale, a dû ensuite patienter jusqu'à la seconde période pour faire la différence, sur des réalisations de Wissam Ben Yedder (55e), Cesc Fabregas (78e) et Aleksandr Golovin (82e).

"Des émotions magiques"

Le petit poucet, tombeur de Toulouse au tour précédent, n'a évidemment pas à rougir de cette élimination, qui met un terme à son formidable parcours. Et la formation du quatrième échelon, qui aura joué plus de matchs en Coupe de France qu'en championnat cette saison, quitte donc la compétition "sans regrets", comme l'a ensuite confié son entraîneur. "Il y a de la déception, car quand on est entraîneur ou joueur, on est des compétiteurs avant tout. Je suis quand même fier, notamment de la première période. Je suis satisfait de la prestation des joueurs, a déclaré Fatsah Amghar, rapporte L'Equipe. On a fait en partie ce qu'on voulait, on a posé quelques problèmes à Monaco. On a appris à nos dépends que toutes les erreurs se payaient cash. On y croit quand on ouvre le score, on croit à l'exploit, ce but nous donnait des espoirs. On n'a pas de regrets. On essaie de ressortir de derrière, tout en mesurant les risques. Jouer que long, c'est rendre le ballon et subir. On a vécu des émotions magiques. Le départ au stade, avec des milliers de supporters, ce sont des moments inoubliables... Quoi qu'il arrive après la demi-finale, on avait dit aux joueurs qu'ils étaient des héros. Tout ce qu'on a vécu avec nos supporters et entre nous est indescriptible. C'est une saison inoubliable."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.