Olivier Létang (Rennes) : " Il y a 17 mois, j'entendais parler de relégation "

Olivier Létang (Rennes) : " Il y a 17 mois, j'entendais parler de relégation "©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le dimanche 28 avril 2019 à 08h08

Président du Stade rennais depuis à peine un an et demi, Olivier Létang mesure le chemin parcouru jusqu'à cette victoire en finale de la Coupe de France samedi contre le PSG (2-2, 6-5 TAB). Un moment qu'il veut savourer avant de reprendre la montée en puissance du club breton.





DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU STADE DE FRANCE

Olivier Létang, quel est votre sentiment après l'exploit de Rennes contre le PSG en finale de la Coupe de France samedi (2-2, 6-5 TAB) ?

C'est une soirée extraordinaire, parce que ramener un trophée à Rennes 48 ans après, il y a beaucoup de choses qui défilent. On parle souvent d'exigence. Je disais aux joueurs que ça vaut le coup d'être très demandeurs vis-à-vis d'eux, sinon on ne vit pas des moments comme ça. Venir gagner ce trophée ici contre le PSG, avec toutes ses stars, ce n'est pas une victoire au rabais. Elle a encore plus de saveur. Je suis encore plus heureux pour tout le club, pour tous les gens qui s'investissent au quotidien pour qu'on puisse continuer à grandir et progresser. Il y a 17 mois, juste avant d'arriver, j'entendais parler de relégation et on va chercher un trophée ce soir. C'est extraordinaire. Je suis vraiment content pour notre communauté, que beaucoup ont découvert cette année. Je savais que la Bretagne était une vraie terre de football. Très heureux pour eux, parce qu'ils nous ont soutenus pendant toute la saison, ils ont montré qu'il y avait un vrai public à Rennes. Non seulement il soutient son équipe, mais il a une attitude fantastique, qui démontre beaucoup de fraîcheur. Le Roazhon Park est un endroit où on peut venir entre amis ou en famille.

Vos joueurs ont encore repoussé leurs limites...

Je leur ai dit dans le vestiaire que c'était un groupe extraordinaire. Pas seulement de joueurs, mais humainement aussi. On n'était pas très satisfaits sur les dernières sorties, il a fallu remobiliser tout le monde. Toute la communauté rouge et noir a retrouvé beaucoup de fierté, les joueurs leur ont donné beaucoup de plaisir et d'émotions. Je ne peux pas oublier François et François-Henri Pinault, qui ont attendu longtemps. Ce club a une stabilité grâce à eux. Ils sont récompensés, il y a beaucoup de plaisir par rapport à ça.

Létang : « Je reste invaincu »

Etait-ce particulièrement important de décrocher une nouvelle qualification européenne pour ne pas stopper la progression ?

Franchement, on n'a pas pensé à ça. On a fait une préparation très tranquille entre Dijon et le match de ce soir, sans qu'il y ait une chape de plomb autour de l'équipe. On voulait surtout jouer cette finale. On a peut-être été absents les 20 premières minutes, mais la réponse qu'ont donnée les joueurs après est magnifique. Je suis vraiment content pour eux. Ils se sont beaucoup investis au quotidien, ils ont beaucoup travaillé. Le staff a apporté aussi sa part.

Sur un plan personnel, vous restez invaincus dans les finales de Coupes...

Il y avait ce soir une compétition, parce que le PSG n'avait jamais perdu une finale sous l'ère QSI et moi je n'en avais jamais perdu non plus. Je reste ce soir invaincu. Mais le plus important, ce n'est pas moi, c'est le club, tous ceux qui le suivent au quotidien.

En tant qu'ancien du PSG, comprenez-vous cette fébrilité qui l'a assailli ?

Je n'ai pas envie de parler du PSG, c'est surtout la victoire du Stade Rennais. A 2-0, qui nous donnait encore beaucoup de possibilités d'aller chercher la victoire ? Finalement on l'a fait, et bien. Chapeau aux joueurs et au staff.

Létang : « Ce club est fantastique »

Comment avez-vous accueilli les larmes d'Hatem Ben Arfa après la rencontre ?

C'est un génie. C'était un choix pour apporter quelque chose de différent à l'équipe. Il faut le féliciter, mais un joueur ne peut rien faire sans un collectif fort et un club fort. Aujourd'hui, ce qu'on est en train de construire est plutôt intéressant. On veut vraiment savourer. Je dis souvent que les matchs les plus importants sont les prochains. Mais là, je leur ai dit aussi qu'ils pouvaient soulever le couvercle pendant deux jours, qu'on puisse partager ce trophée avec tous les Rennais et je dirais même presque tous les Bretons.

Quelle a été la réaction de François-Henri Pinault, le propriétaire du club ?

Il est forcément ému et ravi par ce qu'il s'est passé. J'ai senti beaucoup de fierté d'être le propriétaire de ce club, qui est fantastique. On peut tous être très fiers ce soir. Ce sont des moments particuliers.

Mesurez-vous le chemin parcouru depuis votre arrivée à la tête du club ?

Ce qu'on a réussi à faire, c'est plutôt positif. Il faut que tout le monde adhère et s'investisse au quotidien pour vivre des moments de folie comme ce soir. Il a fallu tenir, des vertus de courage et de combat, il a fallu souffrir, pour à la fin prendre et donner beaucoup de plaisir.

Létang : « Cette Coupe est la plus belle »

Maintenant il va falloir préparer le Trophée des Champions à jouer à Shenzhen l'été prochain...

Pour être très franc, je n'y ai même pas pensé. On va déjà penser à ramener cette Coupe, qui est pour moi la plus belle, ce trophée est magnifique. Ramener la Coupe de France contre le PSG, personne ne l'avait fait. S'il avait manqué des joueurs comme Neymar, Mbappé, Cavani, Di Maria... Ils étaient tous là et nous avons su résister.

Comment le Stade rennais va-t-il s'y prendre pour faire encore mieux désormais ?

On se posera la question dans deux jours, pour se demander quelle est la prochaine étape. Le sport n'est pas un long fleuve tranquille, il y a des moments plus ou moins difficiles. C'est une vraie apothéose. On a maintenant une saison à terminer, j'imagine que le Roazhon Park sera plein mercredi pour la réception de Monaco, parce qu'on y présentera ce trophée. J'espère qu'on pourra tous communier ensemble.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.