Lorient, la remontada permanente

Lorient, la remontada permanente©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 10 février 2021 à 09h01

Les Merlus, rapidement menés au score par le Paris FC, ont encore renversé la situation mardi en 32es de finale de la Coupe de France (2-1). Confirmant ainsi que Lorient est "un club qui a mal commencé sa saison mais qui termine désormais bien ses matchs." 

 

"Notre bio Twitter est toujours d'actualité." Quelques instants après sa victoire renversante face au Paris FC (2-1) et sa qualification pour les 16es de finale de la Coupe de France, le FC Lorient n'a pas manqué de savourer ce nouveau retournement de situation en rappelant sa nouvelle devise, qui lui sert de bio sur le réseau social : "Compte officiel d'un club qui a mal commencé sa saison mais qui termine désormais bien ses matchs." Car c'est désormais une habitude pour les Merlus. Comme face à Dijon (3-2), au PSG (3-2) et à Rennes (1-1), ils sont en effet revenus dans les dernières minutes après avoir été menés au score. Moustapha Namé avait d'abord ouvert le score pour la formation de Ligue 2 à la 13e minute de jeu, avant que Yoane Wissa, entré en jeu quelques instants auparavant n'égalise sur le penalty (72e). Et Terem Moffi, lui aussi remplaçant au coup d'envoi, a inscrit le but de la victoire à la 83e. 

Pelissier : "Important d'entretenir la dynamique"

"Le plus important, c'est la qualification. Il était aussi important d'entretenir la dynamique, c'est notre quatrième victoire consécutive à domicile, a ensuite apprécié l'entraîneur lorientais Christophe Pelissier en conférence de presse. Elle est méritée. On a eu beaucoup de situations en première période, mais on était menés au score contre le cours du jeu. Il a fallu monter notre niveau d'exigence après la pause, et cela nous a permis de remporter le match. Nos jeunes (Teddy Bartouche, Loris Mouyokolo, Yoann Etienne, ndlr) ont fait un match sérieux, à l'image de l'équipe, même si on a manqué de dynamisme, de concentration et d'exigence sur le dernier geste en première période. Mais ils sont montés en puissance au fil du match, comme les autres. Dans mon onze, il y avait neuf changements par rapport au match contre Reims. C'est une victoire de groupe. Il a compris que c'est notre force collective qui nous permettra de nous sauver en Ligue 1. Il faut qu'on continue à tous œuvrer dans le même sens." 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.