Coupe de France : Saint-Etienne fait tomber Monaco

Coupe de France : Saint-Etienne fait tomber Monaco©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 28 janvier 2020 à 23h00

Sur un but de Denis Bouanga, l'AS Saint-Etienne s'est imposée à Monaco (1-0) mardi soir en huitièmes de finale de la Coupe de France.

On a longtemps cru que l'AS Monaco pourrait capitaliser sur ce match nul au Parc des Princes contre le grand PSG (3-3). Il y avait tout, ce soir-là. Des idées. Une certaine maîtrise. Et l'hypothèse d'un tournant bien pris pour la suite. Mais il faut croire que c'était un soir sans lendemain. Car ce Monaco version Moreno a replongé, depuis, et peine à refaire surface. L'AS Saint-Etienne a su en profiter en mettant les ingrédients qu'il fallait dans ce match de coupe : de l'intensité, un esprit, et surtout un réalisme dans les deux surfaces.

Les Verts avaient un plan parfait

Ce qui est assez gênant dans les rangs monégasques, c'est que les matches passent et les mêmes maux perdurent. Sortie après sortie, l'ASM montre toujours cette forme de naïveté à la perte du ballon. C'est une équipe aussi joueuse que poreuse. Le seul but de ce match signé Denis Bouanga en est l'illustration parfaite. Sur une attaque rapide bien menée, l'ancien Nîmois, servi par Honorat, a débloqué la situation pour les Verts avant la demi-heure de jeu (0-1, 24eme). Avant cela, les hommes de Claude Puel avaient déjà frôlé l'ouverture du score par Diony dès l'entame de match (5eme).



Comme d'habitude, Monaco a dû s'en remettre à son homme fort, Wissam Ben Yedder, pour espérer trouver la lumière. L'ancien Sévillan n'en a pas été loin, mais il a buté sur Ruffier juste avant la pause (39eme).

Monaco n'y arrive pas

Au retour des vestiaires, cette configuration d'attaque-défense s'est encore accentuée. Et cela n'a finalement pas fait les affaires des Monégasques, dont les changements de rythme n'ont pas été assez fréquents pour déstabiliser un bloc stéphanois compact et solidaire. Monaco a tenu le ballon, renversé le jeu, essayé, encore et encore, sans trouver la clé. Pire, les Stéphanois, qui ont joué les coups intelligemment, auraient même pu se mettre à l'abri, à l'image de cette frappe de Cabaye qui a filé entre les gants de Lecomte avant de raser le montant (79eme).

Bref, il y avait une forme de logique à ce que ces Verts appliqués parviennent à contenir les tentatives d'assauts monégasques jusqu'au bout. Des Verts qui compostent donc leur ticket pour les quarts de finale de cette Coupe de France. Pour eux, c'est un bol d'air appréciable. Pour Monaco et Moreno, le chantier reste vaste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.