Coupe de France - PSG : Thiago Motta, Adrien Rabiot, Giovani Lo Celso, Lassana Diarra... Quelle sentinelle contre le Real Madrid ?

Coupe de France - PSG : Thiago Motta, Adrien Rabiot, Giovani Lo Celso, Lassana Diarra... Quelle sentinelle contre le Real Madrid ?©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 06 février 2018 à 08h20

A une semaine pile du huitième de finale aller de Ligue des Champions contre le Real Madrid, la principale interrogation du onze de départ du PSG porte sur le poste de sentinelle. Thiago Motta, Adrien Rabiot, Giovani Lo Celso, Lassana Diarra : tous postulent à une place de titulaire dans ce rôle. Quelles sont leurs forces et leurs faiblesses en vue du choc ? Foot365 fait le point.

A chaque conférence de presse d'Unai Emery la question revient sur le tapis. S'il y a débat sur les postes de latéraux et si la forme actuelle d'Angel Di Maria pourrait rebattre les cartes, la principale interrogation quant à la composition du onze de départ du PSG face au Real Madrid dans une semaine concerne le poste de sentinelle. Personne ne se dégage comme une évidence et l'entraîneur refuse toujours de se prononcer, à une semaine pile du huitième de finale aller de la Ligue des Champions. En l'absence de Giovani Lo Celso (suspendu) et d'Adrien Rabiot (blessé), Paris se rendra à Sochaux mardi en Coupe de France (21h05) avec une sentinelle inédite en 2018, que ce soit Lassana Diarra ou Thiago Motta. Une excellente occasion de faire le point sur les forces et les faiblesses des quatre prétendants à une place de titulaire en pointe basse du milieu à Santiago-Bernabeu. Par ordre alphabétique, pas question de faire de favoritisme.Lassana DiarraLes + : Diarra a déjà éprouvé sa faculté à se fondre vite dans un groupe avec l'OM ou l'équipe de France. Ses premières minutes sous le maillot parisien ont déjà envoyé des signaux positifs, surtout que son âme de leader pourrait être bien utile à Madrid. Un match plein à Sochaux, où il pourrait être titulaire, rassurerait pour de bon sur son état physique.Les - : Diarra n'a joué que sept bouts de match depuis un an, c'est peu avant de prétendre à une place de titulaire contre le Real. Surtout qu'il n'a plus disputé une rencontre de Ligue des Champions depuis 2011-12. Il n'est officiellement parisien que depuis deux semaines, ça fait court pour s'intégrer à une machine aussi bien huilée que le PSG.Le facteur X : Santiago-Bernabeu, Diarra connait bien pour avoir évolué au Real Madrid pendant quatre saisons. Pas question pour lui d'être impressionné par le contexte.Giovani Lo CelsoLes + : Lo Celso enchaîne les titularisations comme sentinelle depuis deux mois et brille par sa constance à ce poste. Il gagne en confiance à chaque sortie et reste même sur deux buts en deux matchs. Son profil colle parfaitement à la philosophie parisienne et sa qualité technique donne une réelle sécurité à la relance parisienne. Par défaut, il est probablement celui qui offre le plus de garanties dans le contexte actuel.Les - : Lo Celso a touché ses limites dans sa seule titularisation dans un grand match du PSG cette saison, à Lyon il y a deux semaines (2-1). Forcément, cela pose question sur sa capacité à répondre au défi contre le Real, d'autant qu'il est encore frêle physiquement et n'a jamais joué même une demi-heure dans un match de Ligue des Champions. Un vécu proche du néant au haut niveau.Le facteur X : En titularisant Kimpembe et en faisant entrer Nkunku contre le FC Barcelone la saison passée (4-0), Emery a démontré qu'il ne faisait pas attention aux cartes d'identité au moment de composer son équipe. En plus, ça avait bien fonctionné.Adrien RabiotLes + : Rabiot présente le meilleur compromis entre la forme du moment, le vécu au poste de sentinelle et l'expérience des grands rendez-vous. Par exemple, il avait marché sur le milieu du FC Barcelone la saison passée (4-0). Titulaire indiscutable du onze d'Emery, il doit être sur la pelouse de Santiago-Bernabeu. Pourquoi pas en sentinelle ?Les - : Rabiot a déjà fait part à maintes reprises de sa préférence pour le rôle de relayeur. C'est d'ailleurs à ce poste qu'il a retrouvé son meilleur niveau ces dernières semaines et que l'étendue de sa palette s'exprime le mieux. Son trou d'air au Camp Nou en mars dernier (6-1), même s'il était malade, ne plaide pas en faveur d'une titularisation en 6.Le facteur X : Le premier match-référence de Rabiot en Ligue des Champions, il a certainement eu lieu à Santiago-Bernabeu, quand le PSG avait fait trembler le Real Madrid en phase de groupes à l'automne 2015 (1-0).Thiago MottaLes + : Emery répète à l'envi que Thiago Motta est le numéro 1 dans la hiérarchie des milieux parisiens pour le poste de sentinelle. Expérience, technique, vista, vice : le vainqueur de la Ligue des Champions 2010 avec l'Inter Milan réunit toutes les qualités nécessaires. Ce n'est pas un hasard si Laurent Blanc l'avait décrit comme « l'ADN » du PSG quand le « Président » était sur le banc parisien.Les - : 96 minutes toutes compétitions confondues depuis le 22 octobre, c'est insuffisant pour un joueur de 35 ans qui a besoin d'être à son meilleur niveau physique pour ne pas être dépassé par le rythme et l'intensité d'un huitième de finale de Ligue des Champions. Moins souverain avant même sa blessure, il n'a pas encore eu l'occasion de (se) rassurer et le timing est de plus en plus serré.Le facteur X : Il lui suffirait d'un match entier à Sochaux ou à Toulouse avant le déplacement à Madrid pour vite revenir dans la conversation. Il n'y a qu'à se rappeler à quel point il avait manqué à Barcelone le soir de la « remuntada » pour se convaincre de son utilité.A voir aussi :>>> PSG : Neymar ménagé pour Sochaux, Thiago Motta de retour>>> Unai Emery : « Etre ensemble, c'est bien pour l'équipe »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.