Coupe de France - Marseille / Adil Rami : " Un PSG-OM, c'est avant tout un match d'hommes "

Coupe de France - Marseille / Adil Rami : " Un PSG-OM, c'est avant tout un match d'hommes "©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 27 février 2018 à 17h45

Adil Rami a regretté mardi en conférence de presse que Benoît Bastien ait trop haché le jeu lors du Clasico de dimanche entre le PSG et l'OM (3-0), espérant un match différent mercredi en quart de finale de Coupe de France.

Adil Rami, comment abordez-vous cette revanche contre le PSG au Parc des Princes ce mercredi en Coupe de France (21h05) ?On va essayer de montrer que ce Marseille a du caractère et j'espère qu'on a tous la conviction qu'on peut battre le PSG. Il faut rester fidèle à notre philosophie. Ca a payé contre pas mal d'équipes, pourquoi changer ? Il y a un début à tout. Marseille avait mis le bus devant les cages la saison dernière (0-0), mais on est plus ambitieux maintenant. Ils ont eu pas mal de réussite, peu d'actions et beaucoup de buts.Comment expliquez-vous le manque de rythme pendant le match de dimanche ?C'est plus au niveau de l'arbitrage. J'ai eu la chance de pouvoir discuter avec Monsieur Bastien, qui était ouvert au dialogue. Ce qui m'agace, c'est de ne pas pouvoir aller au contact. Avoir du respect pour un joueur, c'est aller dans un duel à 100%. Ce qui est arrivé à Neymar, on ne peut pas jubiler du malheur d'un joueur. Mais j'en veux à l'arbitre d'avoir coupé le jeu toutes les 30 secondes. J'ai une image qui m'a bouleversé en première période, où Neymar s'est arrêté de jouer pour réclamer une faute. Un PSG-OM, c'est avant tout un match d'hommes. Ce n'était pas le cas et ce n'était pas à cause des joueurs, surtout de la faute de l'arbitre.Estimez-vous qu'on en fait trop dans le désir de « protéger les artistes » ? Quand je vois des joueurs comme Neymar ou Cavani, qui font partie des meilleurs joueurs au monde, j'ai envie de faire mon job, d'aller au duel et de jouer avec mes qualités, même si ce n'est pas dans mon but de faire mal. Là, à la limite, tu ne peux pas rentrer dans un périmètre d'un mètre.Rami : « Ballon entre deux, tu l'envoies en l'air, avec respect »Vous donnez le sentiment de regretter l'ambiance des Clasicos des années 90...Franchement oui. J'ai vu des images d'anciens joueurs, comme Eric Di Meco, que je salue. Ballon entre deux, tu donnes ton corps à la science. S'il y a faute, l'arbitre sifflera. Tu n'y vas pas pour casser un joueur, ils ont des familles et des carrières à faire. Mais ballon entre deux, tu l'envoies en l'air. Avec respect (sourire).Qu'est-il ressorti de votre discussion avec Benoît Bastien ?Il a été classe, il a admis qu'on a été parfois durs dans nos duels. Je ne pense pas du tout, je pense que ce Clasico a été très doux. Moi je ne rentre pas en voulant casser une jambe, c'est tout ce qu'il se dit autour. Paris, c'est un rival, pas un ennemi, mais j'ai envie d'aller au duel à 100%. C'est frustrant de ne pas pouvoir le faire.Comment vivez-vous tout ce qu'il se dit autour de la blessure de Neymar ?Quand je rentre chez moi, je connecte la PlayStation. Mes potes le savent, je m'embrouille avec eux quand ils m'envoient des captures d'écran. Il faut être conscient que Paris, c'est au-dessus. Mais je suis persuadé qu'on peut faire tomber cette équipe du PSG. Ça va être autre chose sans Neymar. Ça reste le PSG, même le banc coûte des millions, avec des joueurs de haut niveau.Rami : « Chaque match que je joue avec l'OM, je ressens ça comme une finale »Que devez-vous modifier en priorité pour y croire mercredi ?Pas mal de détails, parce que je pense qu'on n'a pas été si mauvais dimanche. Ce qu'on doit changer, ça reste entre nous, on verra avec l'entraîneur. Sur le match de dimanche, je suis déçu d'avoir perdu 3-0, mais dans l'intention, on a montré de l'ambition au Parc des Princes. On a pris ce premier but à un moment qui n'était pas méritant pour eux. A 2-0, ils ont commencé à avoir plus la possession et à jouer au ballon. J'espère qu'on rentrera demain (mercredi) sur le terrain en voulant exploiter nos meilleures qualités, la grinta et l'envie. Dimanche, le Clasico n'en était pas un, l'arbitre a surprotégé les joueurs des deux camps et c'est devenu un match ennuyant.L'effet Coupe peut-il changer quelque chose ?Peut-être. Ça va être un match couperet, ça peut changer la mentalité. On se doit d'être à 100% à chaque match, de faire des sacrifices et de faire preuve de générosité. Sur ce plan-là, on peut hausser le ton.Y'aura-t-il un parfum de finale dans le match de mercredi ?Chaque match que je joue avec l'OM, je ressens ça comme une finale. Je me rends compte de la chance que j'ai d'être ici. A chaque fois que je vois mon nom sur la feuille de match, je suis comme un enfant de 15 ans.Rami : « On n'est pas encore en état de crise »En quoi la présence de supporters marseillais au Parc des Princes change la donne ?C'est toujours important de savoir qu'on se déplace en famille, ça me fait chaud au cœur et ça fait toujours du bien. D'autant plus qu'on a le meilleur public de France, et de loin, je ne peux qu'être fier.Est-ce envisageable de lâcher la Coupe pour vous focaliser sur le championnat et la Ligue Europa ?C'est une question compliquée pour moi. Tant qu'on joue tous les trois jours, je suis le plus heureux. Parfois, ce n'est pas facile, mais je demande de pouvoir jouer le maximum de matchs. On a un effectif de 25 joueurs et on doit jouer aller le plus loin possible dans toutes les compétitions. Ça donnera du temps de jeu à tout le monde et ce sera utile pour la saison prochaine.Avez-vous l'impression que cette petite série de deux défaites consécutives pèse dans les têtes ?Non, on avait à digérer le voyage. Pour moi, Braga, ce n'était pas une défaite, c'était une confrontation aller-retour. On n'est pas encore en état de crise. On a perdu au Parc des Princes, mais on est toujours à deux points du deuxième.Rami : « Mon rêve le plus cher, c'est de gagner la Ligue Europa »Quel est votre objectif prioritaire pour la fin de saison ?Mon rêve le plus cher, c'est de gagner la Ligue Europa avec Marseille. Il faut partager notre envie et notre concentration entre toutes les compétitions chaque chose en son temps. Si on me propose demain de finir deuxième ou de gagner la Ligue Europa, je n'hésite même pas.Pourquoi êtes-vous tant attaché à cette compétition ?Ça me tient à cœur, parce que je l'ai vécue avec Séville. Je surkiffe mon équipe, notre mentalité et j'aimerais vivre ce moment avec cette équipe. On est « à jamais les premiers » en Ligue des Champions, pourquoi pas en Ligue Europa ?Comment jugez-vous votre saison sur un plan personnel ?Rentable (sourire). Je suis dans un grand club qui a su se faire respecter. J'essaie de satisfaire mes coéquipiers, l'entraîneur et le public marseillais. Je n'ai pas l'impression de décevoir. A partir du moment où j'aurai fait mon maximum, j'aurai fait mon job.Vous voyez-vous à la Coupe du Monde avec l'équipe de France ?J'espère de tout cœur, mais ça ne va pas être facile. Il y a du monde, des jeunes et je suis un peu moins jeune. Mais je suis persuadé que j'ai encore des choses à apporter.A voir aussi :>>> Rudi Garcia : « Il faut qu'ils se plaignent de la pelouse, rien d'autre »

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
16 commentaires - Coupe de France - Marseille / Adil Rami : " Un PSG-OM, c'est avant tout un match d'hommes "
  • rami , payet parlez moins et bougez vous un peu plus le cul si vous voulez espérer un jour nous battre .

  • Un match d' hommes ? .... Une lapalissade .... Bien sur .... ce ne sont pas des ânes ... Bien que .....

  • Comment croyez vous que les matchs sont arbitrés en coupe d'europe et dans les autres grands championnats? Si vous regardez les matchs il y'a bcp moins de fautes sifflées qu'en championnat de france. Il faut savoir ce qu'on veut. Si le psg veut arriver loin il va falloir qu'il se fasse au jeu dur, sinon ils n'ont pas fini de pleurer.

  • Je suis supporter de l'OM et de Rami mais je n'aime pas trop ce désir de jouer les bucherons. Je préfère un jeu de passes rapides plutôt que du "rentre-dedans"
    toujours dangereux et pas élégant.

  • c'est plutôt une lutte d'artistes contre des bucherons.......ils remplissent les infirmeries des clubs adverses.........