Coupe de France (Demi-finales) : Le moment ou jamais pour le SCO

Coupe de France (Demi-finales) : Le moment ou jamais pour le SCO©Media365

Raphaël Brosse, publié le mardi 25 avril 2017 à 08h08

Pour retrouver trace d'une présence angevine en finale de Coupe de France, il faut remonter soixante ans en arrière. Le 26 mai 1957, à Colombes, le SCO est terrassé par Toulouse au cours de la finale la plus prolifique de l'histoire de la compétition (6-3). Depuis, le club du Maine-et-Loire n'est jamais parvenu à réitérer pareille performance. Il s'est pourtant hissé dans le dernier carré à cinq reprises, mais a trébuché à chaque fois (1962, 1966, 1969, 2011 et 2014). Plusieurs facteurs portent néanmoins à croire que cette troisième demie en sept ans, mardi face à Guingamp (21h), sera couronnée de succès. Voilà pourquoi.

Auteurs d'un début de saison délicat (trois défaites en autant de rencontres), les Angevins ont longtemps vogué dans les eaux troubles du championnat. Début février, les coéquipiers de Thomas Mangani étaient encore barragistes et semblaient promis à une longue et âpre lutte pour le maintien. Avant un réveil tonitruant. Avec quatre succès de rang entre la 25eme et la 28eme journée (une série agrémentée de victoires en Coupe), le SCO est revenu dans la première partie de tableau. Même si c'est un peu plus compliqué depuis (quatre revers en avril), les 39 points engrangés jusque-là permettent aux Noir et Blanc de conserver une marge raisonnable sur la zone rouge. Et donc de pouvoir se concentrer sur leur deuxième objectif, bien plus excitant...

Handicapé par les blessures de longue date (Alexandre Letellier) puis par les départs à la CAN début 2017 (Karl Toko Ekambi, Famara Diedhiou, Cheikh Ndoye), Angers peut à nouveau compter sur ses cadres. A l'exception de Billy Ketkeophomphone et de Yoann Andreu (ligaments croisés du genou), le groupe de Stéphane Moulin est désormais au grand complet. Une aubaine pour le technicien, qui avait déjà vu Letellier sortir une prestation de haute volée dans les buts face à Monaco (0-1). Toujours indispensable au milieu de terrain, Ndoye avait d'ailleurs marqué le but de la victoire contre Bordeaux, lors du tour précédent (2-1).

Sur le papier, la demi-finale Angers-Guingamp semble être des plus indécises. Mais un facteur risque de faire pencher la balance en faveur du club des bords du Maine : la rencontre aura lieu au stade Raymond-Kopa (anciennement Jean-Bouin). Sur son terrain, le SCO n'a été battu qu'à deux reprises depuis janvier 2017, par Monaco (0-1) et le PSG (0-2). Avant de perdre contre les deux premiers du championnat, les Angevins s'étaient ainsi montrés irréprochables devant leur public. Mardi soir, les tribunes devraient être copieusement garnies pour la réception des Guingampais, de retour en Anjou un mois après y avoir disputé une rencontre de Ligue 1 (30eme journée). Les hommes d'Antoine Kombouaré s'étaient alors lourdement inclinés (3-0).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Coupe de France (Demi-finales) : Le moment ou jamais pour le SCO
  • le sco un club qui s est aussi passer des moments ho ho ho les Guingan on se calme le sco ne se dis jamais battue

  • je suis de bretagne ,allez guingamp

  • SCO de quoi ????

  • En coupe Guingamp sait se transander : 2 finales gagnées contre le voisin Rennais ; pour moi ce n'est pas gagné pour le SCO

    ...se transcender...

  • originaire d'angers allez le SCO . dans ma rue habitait un joueur de SCO -c'était en 1961..contente qu'ils soient à nouveau en haut du tableau...(suis à bordeaux... dur dur avex les girondins.... )