Coupe de France - Caen / Patrice Garande : " On n'était pas loin "

Coupe de France - Caen / Patrice Garande : " On n'était pas loin "©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le jeudi 19 avril 2018 à 00h30

Patrice Garande n'avait rien à reprocher à ses joueurs mercredi après leur élimination contre le PSG en demi-finale de la Coupe de France (1-3). Même si Caen est « forcément » déçu, l'entraîneur de Malherbe veut vite passer à autre chose pour se focaliser sur la quête du maintien en L1.

Ce ne peut être que frustrant d'échouer si près du but. Caen a beau être tombé contre le PSG (1-3) et son incroyable série d'invincibilité dans les Coupes nationales, les Normands nourrissent des regrets après leur élimination en Coupe de France, dans la première demi-finale de l'histoire du club. « On avait préparé ce match pour se qualifier, quand on n'y arrive pas, on est forcément déçus, a soufflé Patrice Garande en conférence de presse après la rencontre. On n'a pas fait tout à fait le match qu'on voulait faire, mais dans le scénario qu'on avait imaginé, on n'était pas loin. Même si en face on sait que c'est plus fort, c'est ce sentiment qui prédomine. »Garande : « Qu'est-ce que vous voulez que je reproche à mes joueurs ? »Surtout que Caen a craqué dans les dix dernières minutes après avoir longtemps résisté à des Parisiens peu inspirés, même si Malherbe a souffert pour se montrer menaçant sur le but adverse. A force d'efforts physiques, le bloc a cédé en fin de match. « Dans l'investissement, qu'est-ce que vous voulez que je reproche à mes joueurs ? Ils ont tout donné, a répondu l'entraîneur caennais. Il y a toujours des choses qu'on aurait pu mieux faire. Mais contre Paris, c'est compliqué, il faut une rigueur extrême de tous les instants, et aller leur poser des problèmes. »Garande : « Terminer ce qu'il y a à terminer »Le souci de Caen désormais, c'est d'assurer son maintien. Une victoire d'ici la fin de la saison devrait suffire, mais la semaine à venir s'annonce primordiale, puisque le SMC disputera trois matchs à sa portée, avant une fin de saison hyper compliquée à négocier, avec Marseille, Nice et le PSG au programme. « Il faut vite digérer parce qu'on a une semaine à trois matches qui nous attend : on va à Metz, on reçoit Toulouse, on va à Troyes... Même si ce soir (mercredi) on est déçus, il faut vite se remobiliser pour terminer ce qu'il y a à terminer. » Parce qu'après quatre défaites de suite, les Normands n'ont plus de marge. Et ce serait trop bête de tout gâcher dans le sprint final.A voir aussi :>>> Un petit PSG se défait de Caen sur la route de la finale

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU