Coupe de France : Bergerac, "un truc de fou"

Coupe de France : Bergerac, "un truc de fou"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 03 janvier 2022 à 09h43

Petit poucet, avec Versailles, des huitièmes de finale de la Coupe de France après sa qualification aux tirs au but contre Créteil, le club de National 2 savoure, pour la deuxième de son histoire à ce niveau.



Alors que Linas-Monthléry a bien failli réaliser un nouvel exploit, les joueurs de N3 échouant aux tirs au but face à Amiens (L2) dimanche, les deux petits poucets des huitièmes de finale de la Coupe de France évoluent en National 2, soit le quatrième échelon. Et ils seront peut-être trois si Vannes parvient à sortir le PSG lundi soir. En attendant, Versailles a obtenu son billet dimanche en écartant logiquement la Roche Vendée (4-0), club de N3, avant que Bergerac ne fasse encore plus fort en sortant Créteil (N1) aux tirs au but (0-0, 5-4 t.a.b.).

Mais cette qualification pour les huitièmes de finale n'est pas une première pour le club périgourdin. Lors de la saison 2016-2017, il avait déjà atteint ce stade de la compétition en éliminant notamment le RC Lens. Et les joueurs de Dordogne s'étaient arrêtés aux portes des quarts face à Lille (1-2), sur un but au bout du temps additionnel du Portugais Eder, bourreau des Bleus en finale de l'Euro quelques mois plus tôt. Déjà présent à l'époque, Sam Ducros ne veut pas en perdre une miette. "Il faut qu'on profite, il ne faut pas qu'on rentre au vestiaire trop vite, confie le latéral droit à France Bleu. Dans une carrière de footballeur amateur, vivre ces moments-là, c'est unique. Devant notre public en plus, c'est magnifique. On est sur sept matchs sans but encaissé... On continue de rêver".

"On s'entraîne comme des clébards"

Fier capitaine, Damien Fachan, auteur du premier tir au but réussi, se réjouissait lui de ne toujours pas avoir encaissé de but dans la compétition. "Quand je vois mes coéquipiers, comment on court, comment on s'investit... Ce n'est pas un hasard. On s'entraîne comme des clébards, on s'y file comme des fous. Avec les mecs, on était contents de retrouver le 28 décembre. On est en train de vivre un truc de fou. Quand c'est comme ça, le foot, c'est incroyable", a-t-il ainsi lâché. Lui et ses coéquipiers, qui avaient sorti Metz au tour précédent, pourraient retrouver une autre formation de l'élite en huitièmes de finale, dont le tirage au sort aura lieu mardi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.