Coupe de France : Andrézieux-Bouthéon sort Marseille !

Coupe de France : Andrézieux-Bouthéon sort Marseille !©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 06 janvier 2019 à 16h05

La crise a pris une toute autre ampleur ce dimanche pour Marseille. Déjà dans le doute après une phase aller plus que mitigée, l'OM a touché le fond ce dimanche en se faisant éjecter de la Coupe de France dès son entrée en lice en 32emes de finale par Andrézieux-Bouthéon, club de National 2 (2-0).

6eme de L1, le club phocéen n'a déjà plus que le championnat à jouer, après ses éliminations successives en Ligue Europa et en Coupe de la Ligue. Un nouvel échec retentissant qui pose forcément la question de l'avenir à court terme de Rudi Garcia sur le banc marseillais. Présent au stade Geoffroy-Guichard, bien garni pour assister à l'exploit des amateurs foréziens, Jacques-Henri Eyraud devra trancher le sujet de son coach dans les prochains jours, même s'il a assuré à chaud qu'il n'était pas menacé. En attendant, l'OM n'aura même pas à nourrir de regrets quant à sa première sortie de route de l'année 2019, sa 9eme défaite sur ses 13 dernières rencontres toutes compétitions confondues.

1-0 à la mi-temps, c'était bien payé pour l'OM


Aussi incroyable que cela puisse paraître, il est tombé sur plus fort que lui devant le 6eme de son groupe de N2, championnat où il monte en puissance après une période d'adaptation due à de nombreuses retouches dans l'effectif et à un nouveau staff. Positionnée dans un 5-4-1 avec un bloc bas et deux lignes très compactes, Lenny Leonil ayant pour ingrate mission d'évoluer seul devant, l'ASF n'a pas laissé le moindre espace aux joueurs offensifs marseillais, y compris Dimitri Payet et Florian Thauvin, peu influents. Elle a aussi profité de la fébrilité défensive de l'OM, symbolisée par Duje Caleta-Car et Jordan Amavi, encore en immense difficulté, pour se créer les meilleures occasions du premier acte. Une domination récompensée par l'ouverture du score sur corner de Bryan-Clovis Ngwabije, défenseur formé à Lyon (20 ans) et auteur par ailleurs d'un immense match en patron de son arrière-garde (1-0, 17eme). Sans un Steve Mandanda décisif face à Christopher Desmartin (11eme) et Anthony Vacheron (28eme), Marseille aurait même rallié la mi-temps avec plus d'un but de retard et ce n'aurait pas été volé.

Germain a vendangé les occasions de l'OM


Incapable de se montrer dangereux, en dehors d'une toute petite étincelle sur corner (31eme), l'OM a affiché un léger mieux en seconde période. Par son entrée en jeu, Kevin Strootman a apporté davantage de sérénité au milieu qu'un Luiz Gustavo hors du coup et régulièrement à la faute lors du premier acte. La troupe de Garcia a aussi commencé à refaire surface dans les duels, pour s'installer dans le camp d'un adversaire qui a reculé au fil des minutes, aussi sous l'effet d'un coup de pompe physique. Mais là encore, Marseille a étalé ses limites dans le jeu placé et n'a pas obtenu une foule d'occasions. Et quand elles se sont présentées, Valère Germain les a vendangées, d'une reprise de près directement sur Nicolas Markut, serein dans sa cage (62eme), et surtout d'une talonnade complètement ratée sur la meilleure situation olympienne de la soirée (72eme).

L'OM n'arrête plus de s'enfoncer depuis mai


Pour couronner le tout, au moment où l'OM se jetait à l'abordage dans l'espoir d'arracher au minimum une prolongation, il s'est fait prendre sur un contre lancé par un dégagement maîtrisé de Ngwabije, encore lui. Mandanda a ensuite mal repoussé le bon centre de Desmatin et Florian Milla, formé à Saint-Etienne et passé par le Mlada Boleslav, autre bourreau mémorable de Marseille, a doublé la mise avec l'aide du deuxième gardien des Bleus (2-0, 82eme). Dans une ambiance devenue bouillante dans les tribunes, voire franchement électrique, les dernières minutes se sont écoulées sans le moindre frisson. L'ASF, son staff en tête, a eu tout loisir de savourer le plus bel exploit de son histoire. Pendant ce temps-là, l'OM poursuit une descente aux enfers qui ne s'arrête plus depuis la finale de la Ligue Europa perdue en mai dernier. Reste désormais à savoir quelle recette le club va appliquer pour tenter d'y mettre fin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.