Reims

L1 (J14) : Reims tombe Nantes sur la fin

L1 (J14) : Reims tombe Nantes sur la fin©Panoramic, Media365
A lire aussi

, publié le 6 novembre

Reims a disposé des Canaris dimanche dans les dernières minutes, sur un penalty (1-0, quatorzième journée de Ligue 1).



Vainqueurs de l'Olympiakos jeudi au Pirée, les Nantais se présentaient avec six titulaires de la rencontre d'Europa League sur la pelouse. Une pelouse trempée par la pluie, sur laquelle les Canaris ont d'abord cherché à défendre la cage de Lafont en gérant leurs efforts. Et après un premier quart d'heure dominé par les Marnais, les Canaris sont sortis de leur cage.

A la 20eme, Moussa Sissoko a fait le bon appel au premier poteau pour croiser sa tête sur un corner de Quentin Merlin. Si Yehvann Diouf était battu, Alexis Flips faisait bonne garde au second poteau. Neuf minutes plus tard, de l'autre côté du terrain, Kamory Doumbia s'est retourné sur son contrôle avant d'enrouler en cherchant le soupirail droit à l'entrée de la surface. A côté pour quelques centimètres !

Pallois, pas la jugeote

Pour gêner la frappe, Nicolas Pallois avait pris les crampons du milieu rémois sur la malléole, et souffrait à terre, avant de refuser de sortir avec les soigneurs et de râler auprès de M.Buquet, qui lui adressa alors un carton jaune à la fois stupide, logique et décisif. Vous saurez bientôt pourquoi. A la 38eme, la frappe flottante d'Alexis Flips était bien cadrée, et ne demandait qu'à retomber sous la transversale. Mais Alban Lafont s'est déplié pour aller chercher derrière lui la tentative à mi-distance de l'arrière droit rémois. Ludovic Blas haussa encore le niveau à la 45eme, prenant la volée en première intention sur un corner dégagé dans l'axe par la défense adverse. Parfaitement équilibrée, sa superbe tentative s'écrasa sur la transversale !



Le public avait encore une situation chaude à se mettre sous la dent au bout du temps additionnel de la première période, quand K. Doumbia a remisé pour Flips, qui des 20 mètres, a enroulé du gauche sans contrôle. Lafont a plongé pour écarter la tentative qui prenait le chemin du petit filet.

Les Rémois ressortaient des vestiaires avec l'envie de faire le jeu. Servi sur la droite de la surface par Balogun à la 53eme, K. Doumbia chercha le trou en angle fermé. Lafont ferma les jambes au bon moment. Deux minutes plus tard intervint le tournant du match. Déjà averti en première période, Nicolas Pallois reçut un deuxième jaune après avoir raffûté Balogun, qui l'avait débordé et allait entrer dans la surface ! Déjà entamés par leur voyage de jeudi en Grèce, les Nantais furent alors dans le tambour de la machine, programme essorage.

Lafont la forme

Centonze, Merlin, Blas et compagnie tiraient la langue. Mais Lafont résistait encore et toujours. A la 70eme, le dernier rempart maintint le 0-0 sur une frappe enroulée par K. Doumbia aux 16 mètres qui prenait la direction du petit filet sans sa parade tonique. Le gardien nantais se montrait encore décisif, pour repousser d'un admirable réflexe la tête de Balogun aux 5,50 m, sur un centre aussi lointain que lumineux de Flips. A ce niveau de performance, le portier du FCN ne pouvait s'incliner que sur un penalty. Un penalty obtenu sur l'intervention de la VAR à la 81eme, après une percussion de Mitchell Van Bergen, pris en tenaille dans la surface par Denis Appiah et Samuel Moutoussamy.

Déjà auteur de sept réalisations, Balogun ne souhaita pas croiser le regard intimidant du gardien en état de grâce, et le laissa se découvrir sur la gauche pour mieux ouvrir le pied sur la droite. Le plus dur était enfin fait pour les 11 Rémois, qui faillirent bisser à la 88eme, sur un amour de décalage de Junya Ito, qui servit K. Doumbia sur un plateau d'argent à bout portant. Mais le milieu offensif buta encore sur Lafont, sorti sur lui et auteur d'une parade de gardien de hockey. Le long de son banc, Antoine Kombouaré avait beau pester contre les décisions arbitrales qui avaient fait basculer la partie, elles étaient toutes justifiées. L'euphorie de jeudi est déjà tombée, Nantes reste juste devant la zone rouge, tandis que Reims s'offre un grand bol d'air en s'emparant de la onzième place. Sans beaucoup de style mais avec Still, les Marnais ne perdent plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.