Naples

La petite amie de Malcuit victime de racisme à Naples

La petite amie de Malcuit victime de racisme à Naples©Media365

, publié le 17 juillet

Dans une story publiée sur Instagram, Ashley Rose, la petite-amie de Kevin Malcuit, a dénoncé avoir été victime d'insultes racistes sur les réseaux sociaux. Le Napoli a pris la défense de son latéral droit et de sa compagne.

Le racisme, le Napoli commence à le connaître depuis quelques mois. Après Kalidou Koulibaly victime d'insultes de la part des supporters de l'Inter Milan, le club italien a vu ses supporters s'en prendre à l'un de ses propres joueurs. Pas directement puisque c'est la petite amie de Kevin Malcuit qui a été visée. Ashley Rose s'en est plainte sur les réseaux sociaux. « Depuis que je suis arrivée, les Napolitains sont dégoûtants avec moi. On m'a avertie : je ne suis pas blanche, ni mince, je n'ai pas de longs cheveux raides. J'ai des cheveux afro (quand je n'ai pas de perruques), je suis noire et avec des formes. Non, ce n'est pas la "femme de footballeur idéale". J'aime mes formes, j'aime ma peau, j'aime mes cheveux, appuie la compagne du latéral droit franco-marocain de 27 ans, arrivé à Naples à l'été 2018 en provenance de Lille, après avoir évolué à Monaco, Niort ou encore Saint-Etienne. Quand je vois les commentaires, je suis beaucoup plus belle que vous tous parce que j'ai une plus belle âme. Je ne suis pas en couple avec vous, votre avis ne m'intéresse donc pas. »


Ayant eu vent de cette polémique, le Napoli n'a pas mis longtemps à prendre la défense de son latéral droit. Le dauphin de la Juventus Turin a condamné ces agissements comme il l'avait déjà fait avec Koulibaly. « Nous avons lu la colère exprimée par la petite amie de Kevin Malcuit, qui a été visée par des insultes racistes. Nous sommes peinés. Les Napolitains ne sont pas racistes. Mais il peut certainement y avoir des imbéciles qui le sont. Et nous les condamnons fermement. Excusez-nous. » Des excuses publiques qui ne règlent toujours pas le problème du racisme dans le football en Italie. Un véritable fléau chez nos voisins transalpins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.