Lazio Rome

Ligue des Champions : Le Bayern écrase la Lazio

Ligue des Champions : Le Bayern écrase la Lazio©Media365
A lire aussi

, publié le 23 février

La Lazio a été nettement dominée par le Bayern mardi (1-4), en huitièmes de finale aller de Ligue des Champions.

Le tenant du titre ne fait pas dans le détail. Comme la saison dernière, le Bayern Munich a repris ses bonnes habitudes dans les matchs couperets, avec un pressing tout terrain, une grande variété dans le jeu, une puissance athlétique impressionnante et un froid réalisme qui lui permettent de mettre ses adversaires au supplice. La Lazio n'avait pas les armes pour y faire face, ce mardi soir.

Le Bayern a récité ses gammes

Il faut dire que la formation italienne n'a pas résisté bien longtemps. Pis, elle s'est même tirée une balle dans le pied en offrant l'ouverture du score sur un plateau à Robert Lewandowski. Un buteur de cette trempe n'en demandait pas tant. L'artilleur polonais a profité d'une passe en retrait mal assurée de Musacchio pour aller conclure en solitaire après s'être joué de Reina (0-1, 9e).

Placé sur les bons rails, le Bayern a ensuite récité ses gammes. Musiala a exploité un service de Goretzka au terme d'une action collective limpide pour doubler la mise avant la demi-heure de jeu (0-2, 24e). L'affaire a pris une allure de correction avant de rentrer au vestiaire grâce à une fulgurance de Kingsley Coman, dont la frappe repoussée a profité à Leroy Sané pour le troisième but bavarois au meilleur moment (0-3, 42e).

L'addition, très salée, n'était pas encore réglée. Dès l'entame du second acte, la Lazio a encore craqué avec une nouvelle erreur individuelle, le tandem Coman-Sané étant à la manoeuvre pour pousser Francesco Acerbi à la faute, ce dernier déviant le ballon dans ses propres filets après un centre de l'ailier allemand (0-4, 49e). Les locaux ont toutefois eu le mérite de sauver l'honneur en réduisant l'écart suite à un bel exploit personnel de Correa (1-4, 61e), mais cela ne suffira pas à relancer le suspense. Après une gestion tranquille dans la dernière demi-heure, le Bayern, sûr de ses forces, a quasiment composté son ticket.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.