France

Coupe de France : Paris reprend sa Coupe

Coupe de France : Paris reprend sa Coupe©Media365

, publié le 24 juillet

Le PSG a assuré le service minimum vendredi soir en finale de Coupe de France, contre Saint-Etienne (1-0).


Porté par une conquête inédite qui lui réserve potentiellement trois trophées en cinq matchs, le Paris Saint-Germain récupère sa Coupe de France, un an et quelques mois après son couac contre le Stade Rennais. C'est le premier trophée de cette période charnière - pas le moins prestigieux. Il faut dire que cette finale avait de l'allure. Pour l'affiche, déjà, entre deux poids lourds habitués à séduire la Vieille Dame - le PSG recordman du tableau avec son 13e titre face aux 6 sacres de l'AS Saint-Etienne. Pour le charme fou de la compétition doyenne, évidemment. Et pour les circonstances particulières de ce cru 2020, dans l'atmosphère d'un Stade de France clairsemé un jour de sorties de bureaux... Qu'importe, une finale reste une finale.

Il y avait de l'électricité dans l'air

L'écrin de Saint-Denis sonnait creux, mais les acteurs de cet événement ont livré un match animé, avec un rapport de force électrique, âpre et intense. Un combat conforme à l'importance de l'événement. Après une mise en jambes convaincante dans leurs matchs de préparation, l'enjeu était double pour la bande à Tuchel : répondre au défi de l'instant tout en préparant l'avenir, comme dans un jeu vidéo à trois niveaux. L'Allemand avait fait quelques choix forts dans sa composition, comme celui de laisser Verratti ou Kurzawa sur le banc, au profit du duo Gueye-Paredes et de Bakker.

Il n'y a pas eu de round d'observation. Après un but refusé de Neymar pour une position de hors-jeu, les Verts ont rapidement inquiété une équipe parisienne sur le reculoir. Attaquant le plus remuant, Denis Bouanga a trouvé le poteau (5e). Mais les champions de France ont fait parler leur réalisme grâce à leur tandem infernal. Kylian Mbappé s'est mis en position de frappe après une accélération soudaine avant de voir sa frappe repoussée par Moulin, mais Neymar a bien suivi pour délivrer les Parisiens (1-0, 14e).

Mbappé blessé, les Verts voient rouge

La révolte des Verts ne s'est pas faite attendre. Intenable, Bouanga s'est procuré deux nouvelles opportunités mais Keylor Navas a veillé au grain (16e, 21e). Le rapport de force a alors commencé à faire des étincelles sur un autre terrain. Car les Parisiens, qui avaient déjà perdu Thilo Kehrer pour une gêne à la hanche (14e), se sont levés comme un seul homme lorsqu'ils ont vu Kylian Mbappé hurler au sol après un tacle en retard du vétéran Loïc Perrin. Après utilisation de la VAR, le capitaine des Verts n'a pas pu échapper à une expulsion logique, synonyme de sortie par la petite porte pour lui. Kylian Mbappé, lui, est sorti aussi, boitillant pour laisser sa place à Pablo Sarabia (30e). Un grand coup de froid avant les prochaines échéances pour les champions de France.

On se disait alors qu'un autre match allait débuter. Cela n'a pas vraiment été le cas. Timorés, les hommes de Thomas Tuchel se sont surtout attelés à contenir leur adversaire avec un bloc médian pour amorcer quelques contres. Travailleur sur son flanc droit, Sarabia ne s'est pas économisé. Mais c'est Di Maria qui aurait pu mettre Paris à l'abri sur une frappe croisée après une merveilleuse feinte de Neymar (56e). Dans la foulée, Paredes s'est lui aussi essayé sur un tir à mi-distance, sans plus de réussite (58e).

Les lignes se sont étirées à mesure que la fatigue a gagné du terrain. Sur une nouvelle attaque rapide, Pablo Sarabia a perdu son face-à-face avec Moulin (72e). Les champions de France sont restés dans cette phase de gestion jusqu'à la fin de la rencontre, mettant un point final à ce match étrange. Dans le festin de ce début d'été, ils ont terminé l'entrée, sans vraiment la déguster, dans l'attente de bons signaux pour la suite du repas. Elle s'annonce tout aussi copieuse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.