Brest

Charbonnier, bientôt 30 ans et enfin tout son talent

Charbonnier, bientôt 30 ans et enfin tout son talent©Media365

Geoffrey Steines, publié le 12 novembre

Gaëtan Charbonnier affiche déjà les meilleures statistiques de sa carrière après seulement un tiers de saison. Tout proche de la trentaine, l'ancien du PSG et de Montpellier rappelle sur le tard qu'il a bien le niveau Ligue 1.

Il est rare de voir un joueur passer de la Ligue des Champions à la Ligue 2 dans ce sens. Mais le parcours de Gaëtan Charbonnier n'est décidément pas commun. Depuis le début de sa carrière, l'attaquant de Brest ne cesse de faire deux pas en arrière pour un pas en avant. Son entame de saison pourrait néanmoins lui donner un sacré coup de boost, à bientôt 30 ans (il les fêtera fin décembre). Il emporte tout sur son passage en championnat, avec déjà 12 réalisations et 5 passes décisives en seulement 13 journées, avant la réception de la lanterne rouge Nancy lundi (20h45). Jamais jusque-là il n'avait été impliqué sur autant de buts au cours d'un même exercice en championnat. C'est dire s'il est parti sur des bases exceptionnelles, encore plus pour ses standards. Son record datait de 2011-12, avec Angers (12 buts et 4 passes décisives).

La difficile succession de Giroud à Montpellier

Débauché par le SCO à la réserve du PSG, où il n'avait pas disputé la moindre minute avec l'équipe première malgré des apparitions sur la feuille de match en L1 ou en Coupe de l'UEFA, Charbonnier s'était révélé en Anjou. A tel point que Montpellier, tout juste sacré champion de France à la surprise générale devant le PSG, l'avait choisi pour en faire le successeur d'Olivier Giroud. Un statut que le natif de Saint-Mandé n'a jamais réussi à assumer : « C'est sûr que cette année-là, j'ai dû avancer avec cette étiquette qui n'était pas la mienne », regrettait-il dans un entretien accordé à So Foot en octobre. Titularisé seulement 15 fois toutes compétitions confondues avec le MHSC, Charbonnier avait inscrit six petits buts, dont un en Ligue des Champions. La greffe n'a jamais pris et l'expérience dans l'Hérault n'a duré qu'une saison, pour rejoindre le Stade de Reims.

Un mariage de passion avec Furlan

Là encore, il a alterné le bon, en participant activement au maintien du club champenois sur ses deux deux premières saisons au club, et le moins bon (21 petits buts en 110 apparitions). Il a même fini par perdre la confiance de ses entraîneurs, avec lesquels il a entretenu une relation parfois tumultueuse. En partie parce qu'il avait le sentiment d'être incompris, ce qui n'est plus le cas avec Jean-Marc Furlan, avec qui la collaboration avait tout pour bien fonctionner. « Si je reviens quelques années en arrière, mes proches, dont mon père et mon frère, me disaient que la philosophie Furlan pourrait parfaitement me coller à la peau. Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir travailler avec lui pour mon plus grand bonheur. Entre nous, ça coule facilement, on se comprend, on aime le même football. » Ça se ressent comme une évidence.

« Autant de plaisir » à marquer qu'à faire marquer

Charbonnier avait déjà terminé la saison passée, gâchée au départ par des pépins physiques, en boulet de canon, avec six buts sur ses cinq dernières apparitions. Il est reparti sur le même tempo, avec en particulier une série de huit matchs sur lesquels il est directement impliqué sur une réalisation. Pas obsédé par le but, ce qui est suffisamment rare pour être souligné chez un attaquant de pointe, il assure prendre « autant de plaisir » à marquer qu'à faire marquer. Surtout il s'éclate dans le système brestois. « Je n'ai pas vraiment de consignes particulières, j'ai énormément de liberté dans mon jeu. Je me balade un peu où je veux, j'ai le droit de faire un peu ce que je veux, mais aussi parce que je m'adapte au système mis en place et aux joueurs qui sont autour de moi. Sans eux, je ne serais pas à ce niveau-là aujourd'hui. Ce total de buts, c'est un tout. » Un tout qui pourrait lui permettre de faire un bond en avant l'été prochain, pas seulement un pas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.