Bétis Séville

Betis Séville : Fekir revient sur son été 2018

Betis Séville : Fekir revient sur son été 2018©Media365
A lire aussi

, publié le 10 septembre

Proche de Liverpool il y a un an, Nabil Fekir, le milieu offensif du Betis Séville, est revenu sur son été 2018, lors d'une interview à L'Equipe.

Nabil Fekir est un homme heureux. Si son visage a parfois été fermé avec l'Olympique Lyonnais la saison dernière, l'ex-capitaine des Gones revit du côté de Séville, où il a parfaitement entamé son aventure avec le Betis (deux buts, dont un contre le Barça, en trois matchs). Le gaucher a même été auteur d'une entrée convaincante avec les Bleus contre l'Albanie samedi (4-1), offrant une passe décisive à Jonathan Ikoné. Fekir l'affirme dans les colonnes de L'Equipe : « J'ai retrouvé l'épanouissement qui m'a, peut-être, un peu manqué l'an dernier ».

Fekir : « Vous voulez la vérité ? Je ne la connais pas ! »

Mais ce n'est pas pour autant que le joueur de 26 ans a oublié son passé récent. Et notamment son transfert avorté à Liverpool, il y a un peu plus d'un an. Un raté dont il ne fait pas une obsession mais dont il a très peu apprécié la forme, comme il l'a rappelé dans un long entretien accordé au quotidien : « Vous voulez la vérité ? Sachez que même moi, je ne la connais pas ! Je vous l'assure ! J'ai fait ma visite médicale et, derrière, ils ont décidé de ne pas me faire signer. À un moment, ils ont voulu me faire croire que c'était le genou, a-t-il assuré alors qu'un problème à ce niveau avait mystérieusement été évoqué par les Reds. Mais il fallait bien une excuse et les tests médicaux passés à Clairefontaine étaient très clairs... Le genou, il va très bien et je me sens très bien. Le genou, il n'a rien du tout ».

Fekir : « Quand tu ne t'entoures pas des bonnes personnes... »

Et l'intéressé d'ajouter : « Mais le pire, c'est qu'on puisse avancer que c'est à cause de ma famille que le transfert n'a pas eu lieu, c'est un mensonge... Mais il faut faire avec ». Agacé par un épisode qui a pu le griller « auprès d'autres clubs qui étaient potentiellement intéressés », Fekir dit toutefois ne pas en vouloir au club anglais. Et pointe plutôt du doigt son agent de l'époque, Jean-Pierre Bernès : « Ils (Liverpool) m'ont montré qu'ils me voulaient vraiment. Mais derrière, quand tu ne t'entoures pas des bonnes personnes, ça te cause du tort, a-t-il lâché. Quand, dans les négociations, tu n'es pas informé de tout ce qu'il se passe, ce n'est pas normal. Nous, on est une famille discrète. Et ce n'est jamais bon de vouloir diviser une famille ». Bernès évoque de son côté « l'irruption d'un pseudo-avocat étranger au dossier » qui aurait en partie fait capoter les négociations. Quoiqu'il en soit, Fekir est clair : « Je n'ai plus aucun contact avec lui et je n'en veux plus, ça ne sert à rien ». Aujourd'hui, le gaucher est heureux sur le terrain et c'est bien l'essentiel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.