Atlético Madrid

Atlético : Les Colchoneros ont fait une offre pour Cavani

Atlético : Les Colchoneros ont fait une offre pour Cavani©Media365
A lire aussi

, publié le 19 janvier

L'Atlético de Madrid aurait formulé une offre concrète pour Edinson Cavani, l'attaquant du Paris Saint-Germain.

Plus qu'une dizaine de jours avant la fermeture du mercato hivernal. Edinson Cavani est toujours un joueur du PSG. Changera-t-il de tunique d'ici la date butoir ? La possibilité existe bel et bien, et elle a même été confortée ces dernières heures avec une offre en bonne et due forme transmise par l'Atlético Madrid, son principal courtisan. Après avoir tâté le terrain pendant un bon moment, les responsables des Matelassiers sont passés aux choses sérieuses en proposant 10M€ à leurs homologues parisiens. C'est ce que révèle L'Equipe dans son édition de dimanche.

La réponse du PSG à cette approche n'a pas encore filtré. Mais, il y a fort à parier qu'elle sera négative. Les champions de France tiennent à conserver le meilleur buteur de l'histoire au sein de leur effectif. Il y a la volonté de lui offrir une sortie honorable à la fin de la saison suite à l'expiration de son bail, mais surtout le souci de disposer d'une solution supplémentaire et fiable en attaque. Même moins performant que lors de saisons écoulées, El Matador peut encore rendre de très bons services. En outre, la mission qui consiste à lui chercher un remplaçant à cette période de l'année s'avère être très compliquée.

Le PSG veut garder Cavani mais...

Paris retient Cavani, mais sans être totalement opposé à un départ. Et le fait que l'intéressé ait été dispensé des deux derniers matchs de son équipe témoignerait du côté flexible de la direction francilienne. Officiellement, l'ancien Napolitain a été laissé à la maison en raison d'un souci physique. Mais, le clan du joueur contesterait cette version, jugeant que Tuchel suspecte (à tort) un Cavani moins concentré sur ses devoirs envers Paris. Et les propos que le coach allemand a tenu samedi en conférence de presse tendent à nourrir cette dernière hypothèse. « Je veux tout le monde sur le terrain. Il a des problèmes, il ne se sent pas libre. On doit faire les soins », a-t-il confié.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.