Atalanta Bergame

Ligue des Champions (8e retour) : Le Real Madrid remercie encore Benzema et retrouve les quarts

Ligue des Champions (8e retour) : Le Real Madrid remercie encore Benzema et retrouve les quarts©Media365
A lire aussi

, publié le 16 mars

Avec un Benzema auteur du premier but, le Real Madrid a dominé l'Atalanta Bergame (3-1) et validé son succès du match aller, mardi soir en Espagne. Eliminé la saison passée en huitièmes, il va retrouver les quarts de finale de la Ligue des Champions.



Les campagnes européennes se suivent et ne se ressemblent pas : c'est le charme de la Ligue des Champions. Il y a un an, l'Atalanta épatait la planète par son jeu ébouriffant. Le club de Bergame, ville la plus touchée en Europe par la première vague du Covid-19, s'était hissé jusqu'aux quarts de finale du tournoi, sortant par la grande porte contre le PSG. Il s'arrêtera en huitièmes cette année. Ce qui reste une petite prouesse eu égard à son budget. Car malgré ses intentions toujours louables, la Dea est tombée sur un Real Madrid revanchard après deux éliminations précoces. Preuve en est, s'il le fallait, qu'il faudra bien compter sur l'équipe de Zidane.

L'Atalanta s'est tirée une balle dans le pied

Il n'y a jamais vraiment eu de suspense durant cette seconde manche. Malgré un bon début de match, la formation transalpine s'est tirée une balle dans le pied en offrant l'ouverture du score à son adversaire sur un plateau. Après une relance ratée de Marco Sportiello, Luka Modric, très en jambes, a décalé Karim Benzema pour le but du 1-0 (34e). Le 70e en C1 de l'ancien Lyonnais - un bilan colossal. Le Real gérait bien son affaire, sans forcer. Vinicius avait fait passer quelques frissons dans la défense italienne, sans pour autant terminer ses actions (27e). Du classique.


Le déroutant Brésilien a continué a torpiller la Dea au retour des vestiaires (52e), mais il a fini par se montrer décisif en obtenant un penalty - après recours au VAR - sur une nouvelle percussion après une seconde erreur manifeste de relance, cette fois-ci d'Ilicic (58e). Sergio Ramos n'a pas tremblé pour le transformer avec autorité et donner un peu plus d'air à son équipe (2-0, 60e). Le capitaine a encore été un acteur majeur du succès des Merengue. Mais s'il fallait isoler un homme, Karim Benzema décrocherait encore la palme. Si précieux techniquement, intelligent dans ses déplacements, l'avant-centre a encore rendu une copie de très haut niveau. Il aurait d'ailleurs pu signer un doublé si sa tentative n'avait pas trouvé le poteau (68e).

En fin de match, le Real s'est offert le luxe de vivre un petit moment de confusion après la réduction du score de Muriel sur un joli coup-franc (2-1, 83e). Un moment trouble de deux minutes exactement. Car dans la foulée, Asensio scellait définitivement la qualification madrilène en concluant une attaque rapide menée par Lucas Vazquez (3-1, 85e). Le score n'a plus évolué. Le Real poursuit sa route, en restant caché. Dans sa conquête, c'est une posture qui lui va bien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.