Angleterre

Santé : Des risques élevés de démence chez les footballeurs

Santé : Des risques élevés de démence chez les footballeurs©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, publié le 21 octobre

L'université de Glasgow s'est penchée sur les dommages provoqués par le football sur le corps humain et notamment le cerveau. Cette étude d'une ampleur inédite a mis en avant des risques accrus de démence.

L'impact du sport de haut niveau sur la santé n'est pas toujours bien quantifié. Surtout quand il concerne les maladies développées plusieurs années après la fin de la carrière de l'athlète. Pour pallier ce manque, l'Université de Glasgow a réalisé une étude d'une ampleur inédite dans le football. En analysant 7 676 décès d'anciens professionnels, des experts se sont concentrés sur les maladies cérébrales dégénératives. Le docteur Willie Stewart a délivré ce lundi les conclusions de plusieurs mois de travail : "Nos données montrent que les footballeurs ont plus de chance d'être atteints de démence mais ils ont moins de chances d'être atteints par d'autres maladies comme les problèmes cardiaques ou les cancers." Le nombre de cas d'Alzheimer et de Parkinson est globalement plus élevé chez les anciens joueurs de foot que dans le reste de la population.



La démence est définie comme "un syndrome dans lequel on observe une dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l'aptitude à réaliser les activités quotidiennes" par l'Organisation Mondiale de la Santé. La maladie d'Alzheimer est la forme la plus fréquente de démence. Greg Clarke, le président de la Fédération anglaise de football a rapidement communiqué au sujet de ces résultats. "C'est important que l'ensemble de la famille du football s'unisse pour trouver des réponses et proposer une meilleure compréhension de cette problématique complexe. La FA est appliquée à faire tout ce qu'elle peut pour y arriver." L'instance anglaise et l'Association anglaise des footballeurs professionnels avaient commissionné cette étude après le décès suspect de Jeff Astle. Avec ces premiers éléments de réponse, la santé mentale des joueurs va pouvoir être encore mieux appréhendée. Et les règles pourraient bientôt changer en ce qui concerne la gestion des commotions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.