Les Algériens célèbrent " la victoire de tout un pays "

Les Algériens célèbrent " la victoire de tout un pays "©Media365

Raphaël Brosse, publié le vendredi 19 juillet 2019 à 23h40

Après leur victoire contre le Sénégal (1-0), les Fennecs n'ont pas caché leur bonheur et ont tenu à mettre en avant leur parcours irréprochable du début à la fin de la compétition.

Durant la phase de groupes, l'Algérie était parvenue à disposer du Sénégal sur la plus petite des marges (1-0). Les coéquipiers de Riyad Mahrez ont réédité leur performance ce vendredi, en finale cette fois (1-0), ce qui leur a permis de décrocher un deuxième titre continental. « C'est extraordinaire, historique, a soufflé Djamel Belmadi au micro de beIN Sports. C'est la première CAN que l'on gagne hors de nos frontières. Après 1990, nous avons connu un long passage à vide. L'Algérie est un vrai pays de football, et je pense que l'on mérite de l'emporter. Sur cette finale, c'est vrai que cela a été compliqué. On savait que cela risquait de se jouer sur un détail. Maintenant, il faut aussi rappeler que nous finissons avec la meilleure attaque et la meilleure défense du tournoi. Franchement, que demander de plus ? Avec le staff, nous avons apporté notre pierre à l'édifice, afin de guider cette génération talentueuse du mieux possible. Les joueurs ont fait le boulot, ils ont appliqué les consignes à la perfection et ils ont même fait bien plus que ça. »

M'Bolhi : « Nous nous sommes battus comme des hommes »

Tout en savourant ce sacre, le sélectionneur des Verts a donc insisté sur le fait que son équipe avait fait forte impression durant toute la compétition. Dès lors, ce sacre suprême n'en était que plus logique. « C'est la victoire de tout un pays ce vendredi soir, nous sommes super heureux, a ajouté Raïs M'Bolhi. On devait ce titre à nos supporters. Tout au long du tournoi, nous avons été valeureux, nous nous sommes battus comme des hommes et, grâce à Dieu, nous avons été récompensés. Le sélectionneur a amené sa touche personnelle. Ce n'est pas vraiment notre entraîneur, c'est plutôt notre grand frère. Pour l'instant, c'est un peu dur de réaliser. Nous le constaterons sans doute mieux samedi, lorsque nous serons rentrés au pays ! »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.