La Guinée vire Paul Put sur fond de scandale

La Guinée vire Paul Put sur fond de scandale©Media365

Patrick Juillard, publié le mardi 16 juillet 2019 à 10h25

La Guinée a annoncé le limogeage de Paul Put, démis de ses fonctions de sélectionneur pour insuffisance de résultats et sur fond d'accusations de racket.

« Insuffisance de résultat » et « climat de méfiance créé et entretenu par le coach entre les joueurs et le staff technique » : tels sont les principaux motifs avancés par la Fédération guinéenne de football dans un communiqué annonçant le limogeage du sélectionneur du Syli national, Paul Put. Pour comprendre la première raison, un bref examen des performances de l'équipe nationale sous la direction du technicien belge suffit. En douze matchs sous sa direction depuis sa nomination au mois de mars 2018, la Guinée n'a gagné que trois des douze matchs qu'elle a disputés. Lors de cette CAN 2019, elle avait obtenu une qualification poussive comme meilleur troisième avant d'être balayée par l'Algérie en huitièmes de finale (3-0). Au-delà des chiffres bruts, Paul Put était apparu incapable de trouver un plan de jeu en l'absence de son leader technique Naby Keita, arrivé diminué en Egypte, et d'établir une animation défensive satisfaisante.

Un certain « Monsieur Tom », un racket aux primes ?

Quant au « climat de méfiance » évoqué par le communiqué, allusion est ainsi faite aux accusations à l'encontre de Paul Put. Nul autre que le capitaine du Syli national, Ibrahima Traoré, avait pris la parole pour dénoncer un racket aux primes. « Il y a des physiothérapeutes qui sont venus me voir en me disant que sur l'argent qu'ils touchaient, ils devaient verser une partie et que c'est le coach qui récupérait cet argent, avait indiqué le joueur du Borussia Mönchengladbach à 100 pour 100 Foot. Et qu'ils devaient aussi en verser une partie à un monsieur qui s'appelle Tom, qui n'a aucun lien avec la Fédération ou le Syli national mais récupère effectivement des commissions et met des pressions sur les personnes qui ne veulent pas payer. Dès que j'ai su cela en interne, j'ai commencé à mener ce combat pour que cela s'arrête. On vient représenter le pays, cela n'a pas lieu d'être. » C'était donc aussi l'avis d'Antonio Souaré, qu'une passe d'armes médiatique avait déjà opposé la semaine passée à Paul Put, ce dernier dénonçant une « diffamation ». Après une éphémère pige au Kenya, le sulfureux technicien belge quitte donc la Guinée dans une détestable atmosphère de règlement de comptes.

A voir aussi :
>>> Toute l'actu de la CAN 2019

Vos réactions doivent respecter nos CGU.