Ighalo, Girondins, record... Pourquoi Tunisie-Nigeria vaut le coup d'œil

Ighalo, Girondins, record... Pourquoi Tunisie-Nigeria vaut le coup d'œil©Media365

Patrick Juillard, publié le mercredi 17 juillet 2019 à 12h25

La petite finale de la CAN 2019 oppose mercredi (21h00) la Tunisie au Nigeria. Voici quelques bonnes raisons de regarder cette rencontre.

La Copa America et l'Euro n'en ont pas à leur programme, mais la Coupe d'Afrique des Nations en a gardé une au sien, comme la Coupe du Monde. La petite finale se dispute ce mercredi soir (21h00) au stade Al Salam du Caire entre la Tunisie et le Nigeria. A J-2 de la grande finale, pourquoi regarder ce match sans autre enjeu que celui de classer les deux perdants des demi-finales ? En cherchant bien, nous avons trouvé quelques raisons de ne pas manquer, si l'on excepte le fait de voir jouer une dernière fois les deux équipes concernées.

Odion Ighalo, objectif soulier d'Or

Pour un joueur, cette petite finale présente un enjeu sportif tout particulier. Il s'agit d'Odion Ighalo. Avec quatre buts inscrits depuis le début de la compétition, l'attaquant nigérian en est à deux matchs du terme le meilleur buteur. Lui qui fut déjà le joueur le plus prolifique des éliminatoires entend bien boucler la boucle et s'adjuger également le titre honorifique d'artificier numéro un de la CAN. Le sociétaire du Shanghai Shenhua va donc tout mettre en œuvre pour faire parler la poudre face aux Aigles de Carthage. Dans le cas contraire, il resterait à portée de fusil du Sénégalais Sadio Mané et des Algériens Riyad Mahrez ou Adam Ounas (3 buts chacun). On comprend mieux pourquoi Odion Ighalo a tenu à motiver ses coéquipiers en vue de la rencontre de ce mercredi soir.

Giresse-Rohr, de drôles de retrouvailles

Si la finale Sénégal-Algérie opposera deux sélectionneurs ayant précédemment porté les couleurs du pays qu'ils dirigent, ce Tunisie-Nigeria opposera deux techniciens européens, Alain Giresse et Gernot Rohr. Le duel présente une saveur toute particulière quand on se souvient que les deux hommes ont évolué durant l'essentiel de leur carrière de joueur sous les couleurs des Girondins de Bordeaux, le premier étant leur meneur de jeu, le second un de leurs défenseurs. Et lorsque "Gigi" s'en alla à l'OM, le président Claude Bez chargea Rohr d'un « contrat ». Ce match, Alain Giresse ne l'a jamais vraiment digéré. Au point d'esquiver le sujet lors des conférences de presse ces derniers jours. Pourtant, les deux coachs se sont déjà croisés en phase finale. C'était en 2012. Ce jour-là, le Mali d'Alain Giresse avait éliminé le Gabon de Gernot Rohr aux tirs au but.

Les Super Eagles visent le grand huit

Si le Nigeria n'ajoutera pas cette année une quatrième Coupe d'Afrique, le pays a l'occasion d'établir un nouveau record, significatif de leur régularité au plus haut niveau : déjà troisièmes de la CAN à sept reprises entre 1976 et 2010, les Super Eagles peuvent poursuivre leur série en décrochant la médaille de bronze pour la huitième fois. Jamais battus lors d'un match de classement, les coéquipiers de Wilfred Ndidi entendent bien poursuivre leur série historique. « Au bout il y a une médaille même si elle n'est pas en or. On va essayer de la rapporter pour rendre notre pays heureux », a résumé Odion Ighalo au micro de France 24. Les Aigles de Carthage sont prévenus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.