CAN 2019 - Eliminatoires : Les tops et les flops (J4)

CAN 2019 - Eliminatoires : Les tops et les flops (J4)©Media365

Patrick Juillard, publié le mercredi 17 octobre 2018 à 15h50

La 4eme journée des éliminatoires de la CAN 2019 s'est achevée mardi. Qui a brillé, qui a déçu ? Football365 Afrique en désigne les tops et les flops.

Les tops...


A tout seigneur, tout honneur ! La CAN 2019 connaît ses premiers qualifiés. Quatre ont décroché leur ticket mardi à l'occasion de la 4eme journée des éliminatoires. Parmi eux, on relève la présence de trois mondialistes : la Tunisie, qui a poursuivi son sans-faute au Niger grâce au jeune Firas Chaouat et se trouve la seule à avoir réussi un carton plein dans ces qualifications. Les Aigles de Carthage disputeront l'an prochain leur quatorzième tournoi continental consécutif, égalant ainsi le record établi par l'Egypte entre 1984 et 2010. Les Pharaons, justement, ont également décroché dans cette poule leur billet pour la phase finale, à la faveur d'une victoire sans histoires en Eswatini (ex-Swaziland). Dans ce groupe très déséquilibré, les coéquipiers de Mohamed Salah, ménagé mardi, ont fait le boulot, confortant le nouveau sélectionneur Javier Aguirre dans ses premières décisions. Plus longue à se dessiner fut la qualification du Sénégal, décrochée à quelques secondes du terme à Omdurman grâce au petit nouveau Sidy Sarr (Lorient). Un but synonyme de courte victoire pour les Lions de la Teranga, loin d'être souverains mais capables d'assurer un 6/6 suffisant pour s'assurer une présence dans les 24 participants à la prochaine CAN. On peut presque ajouter à ce tableau d'honneur des mondialistes sortants le Nigeria, vainqueur de la Libye en fin de match après avoir vu les Chevaliers de la Méditerranée remonter deux buts.

Les qualifications ressemblent à des "trains qui arrivent à l'heure", des événements tellement attendus qu'ils ne déclenchent pas plus d'enthousiasme que cela dans les pays concernés. Tout le contraire de ce qui se passe à Madagascar, en somme ! La Grande Île a réussi l'exploit de se qualifier pour la CAN 2019 dès la quatrième journée. Premiers à décrocher ce Graal, les Barea joueront pour la première fois de leur histoire une phase finale de Coupe d'Afrique. Ce mardi, les hommes de Nicolas Dupuis ont pris les points qui leur manquaient en disposant pour la seconde fois de la Guinée équatoriale (1-0). Auteur du but de la délivrance, Njiva Rakotoharimalala entre à jamais dans l'histoire du football malgache. Avec trois victoires et un nul (face au mondialiste sénégalais) en quatre matchs, cette qualification n'a rien d'un concours de circonstances. Elle vient au contraire récompenser un patient travail de développement des talents locaux, aguerris au contact des championnats européens ou asiatiques dans lesquels la plupart des joueurs malgaches évoluent désormais. Cette qualification symbolise également la montée en puissance des équipes intermédiaires, dont les perspectives de qualification ont grimpé en flèche avec l'institution d'une phase finale à 24 équipes. Avec deux billets qualificatifs par groupe, ces escouades ne renoncent plus à la première défaite : ce ne sont pas les Comores, le Liberia, la Tanzanie ou même la Mauritanie qui nous contrediront.

... et les flops


Si certaines équipes n'ont pas manqué l'occasion d'assurer leur qualification, d'autres ont manqué le coche. On citera en premier lieu l'Algérie. Battus par une très bonne équipe du Bénin (1-0), les Fennecs ont laissé leurs adversaires du jour revenir à leur hauteur au classement du groupe, tandis que le Togo allait s'imposer en Gambie (0-1). Alors qu'ils avaient viré en tête, les hommes de Djamel Belmadi se retrouvent sous pression avant les deux dernières journées. Sur la pelouse très limite du stade de l'Amitié Mathieu Kérékou, les coéquipiers de Yacine Brahimi se sont encore une fois montrés incapables d'adapter leur football aux conditions de jeu et aux faits de match, avec en particulier l'expulsion de Stéphane Sessegnon dès la 55eme minute de la partie. Cette inaptitude à évoluer en Afrique subsaharienne, comme savent le faire l'Egypte ou la Tunisie, ne cesse de poser question. Que penser de l'Afrique du Sud, impuissante aux Seychelles (!), ou encore du Congo, incapable d'aller chercher un résultat au Liberia (défaite 2-1) alors même que la RD Congo, son rival dans le groupe, n'avait pris qu'un petit point en deux matchs face au Zimbabwe. Conséquence : Léopards et Diables Rouges sont engagés dans une course de lenteur, à laquelle la Lone Star va se mêler pour l'un des deux tickets qualificatifs, l'autre paraissant promis au Zimbabwe.

Le calendrier serré des éliminatoires a poussé la Confédération africaine de football a organiser des doubles confrontations très rapprochées dans les douze poules qualificatives. Les équipes concernées se sont parfois retrouvées moins de 72 heures après la première manche. Le délai paraît bien court, compte tenu des réalités du transport aérien en Afrique et des moyens inégaux dont disposent les différentes sélections. C'est ainsi par exemple que la Tunisie atterrit au Niger avant les joueurs du Mena national... C'est aussi pour cette raison que de nombreux joueurs cadres s'étaient fait porter pâles pour cette quatrième journée, pour des raisons plus ou moins diplomatiques. Sans parler des abandons purs et simples (n'est-ce pas Emmanuel Adebayor et Pierre-Emerick Aubameyang ?) justifiés par des questions de logistique, qui ont parfois bon dos...

A lire aussi :
Les résultats complets des 12 groupes
Les principales rencontres en vidéo

Vos réactions doivent respecter nos CGU.