Victime d'insultes racistes, un joueur quitte le terrain en plein match... et pourrait être suspendu !

Victime d'insultes racistes, un joueur quitte le terrain en plein match... et pourrait être suspendu !©Media365

Raphaël Brosse, publié le mercredi 20 mars 2019 à 16h16

Alors qu'il s'apprêtait à tirer un corner lors d'un match de championnat bolivien, Serginho a décidé de quitter le terrain après avoir été victime d'insultes racistes. En guise de réponse, le président du club adverse a décidé de porter plainte contre le joueur.

Comme constaté il y a peu en Italie ou en Ukraine, le racisme est un fléau qui continue de s'inviter dans les stades de football. Cela concerne l'Europe, mais pas seulement. Ce lundi, c'est en Amérique du Sud - et plus précisément en Bolivie - qu'un incident raciste s'est produit. La rencontre de championnat bolivien opposant le Club Blooming de Santa Cruz au Jorge Wilstermann approchait de son terme quand Serginho, prêt à tirer un corner, a finalement décidé de quitter la pelouse. Le joueur brésilien de 34 ans s'est plaint d'avoir été victime d'insultes et de cris de singe et a donc préféré ne pas rester plus longtemps sur le terrain, et ce alors que son équipe avait déjà effectué ses trois changements.


« Le football ne doit pas être souillé par de tels actes »

Cette scène n'est évidemment pas passée inaperçue et a même atteint les plus hautes sphères du pays. Evo Morales, le président bolivien, n'a pas tardé à réagir sur Twitter. « Notre solidarité va vers Serginho, joueur de Wilstermann qui a quitté le terrain dans le but de protester face aux insultes racistes provenant de mauvais supporters, a affirmé le chef d'Etat. Le football est un sport qui unit les peuples, nous ne devons pas permettre qu'il soit souillé par de tels actes discriminatoires. »


Le club concerné répond... et porte plainte contre le joueur !

Le président du club concerné, Blooming, a décidé de contre-attaquer en conférence de presse ce mardi. Et la réponse de Juan Jordan a été pour le moins surprenante. Après avoir condamné les actes racistes survenus au Stade Ramon Aguilera Costas, le président a tenu à rappeler que ces gestes étaient également fait commun dans d'autres stades du pays. Puis Juan Jordan a annoncé avoir porté plainte contre Serginho, victime des insultes lundi, réclamant une suspension du joueur pour un an, sur le motif de provocations. Pour ne pas s'arrêter à cette première décision controversée, le président de Blooming a également déposé plainte contre le staff du club de Jorge Wilstermann, qu'il accuse d'avoir laissé un joueur quitter le terrain, ce qui est interdit par le règlement. Enfin, après une dernière condamnation du racisme, Juan Jordan a finalement conclu sa conférence en rappelant l'importance du "folklore" dans le football, pour lequel il milite ardemment. Un "folklore" très particulier visiblement pour le président de Blooming...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.