USM Alger : François Ciccolini viré avant le début de saison

USM Alger : François Ciccolini viré avant le début de saison©Media365
A lire aussi

Clément Pédron, publié le lundi 23 novembre 2020 à 14h44

L'ancien entraîneur du Stade Lavallois et de Bastia, François Ciccolini, aujourd'hui à l'USM Alger, a été démis de ses fonctions avant même le début de saison. Le comportement du Corse pendant la Supercoupe d'Algérie en est la principale cause.

François Ciccolini (58 ans), l'ancien coach de Bastia, a une nouvelle fois fait des siennes. Alors que la nouvelle saison débute la semaine prochaine, l'entraîneur corse a été démis de ses fonctions samedi, après la défaite de son équipe, l'USM Alger, en finale de la Supercoupe d'Algérie contre Chabab Belouizdad (1-2). Mais ce n'est pas tant la défaite qui a précipité son éviction mais son comportement une fois le coup de sifflet final donné. L'ancien entraîneur du Stade Lavallois aurait tout bonnement refusé de monter en tribunes afin de recevoir sa médaille. Cette attitude aurait été très mal perçue par les dirigeants de l'USM Alger et aurait été vécue comme un affront aux officiels présents dans les gradins dont le Premier Ministre, les membres de la Fédération et de la Ligue.

« La direction de l'USM Alger a décidé de mettre fin au contrat de M. François Ciccolini, a précisé  le club dans un communiqué. Cette décision est motivée par le fait que M. Ciccolini ne se soit pas présenté devant les officiels lors de la cérémonie de remise des trophées. Rappelons que pour la direction de l'USM Alger, le respect des hautes institutions de l'État est une ligne rouge à ne pas franchir. »



Conformément à la réglementation de la FAF, François Ciccolini risquerait une sanction d'un an avec interdiction de terrain et une amende de 500 000 dinars algérien. Ce n'est pas la première fois que le technicien corse est connu pour ce type d'actualités. À l'époque en Mayenne lorsqu'il était entraîneur de Laval, après un match à Boulogne, il avait menacé un journaliste de France Bleu en lui assénant un : « Tu me poses toujours des mauvaises questions. Je vais te faire mal. Peut-être que je vais te frapper la tête par terre. » Cette sortie lui avait valu trois mois ferme de suspension. Plus tard dans la saison, alors qu'une partie du public demandait sa démission durant une rencontre, Ciccolini avait adressé des bras d'honneur au public de la tribune Crédit Mutuel après le coup de sifflet final.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.