Une nouvelle aventure pour Dhorasoo

Une nouvelle aventure pour Dhorasoo©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le dimanche 19 juillet 2020 à 17h21

Vikash Dhorasoo s'est lancé dans la bande dessinée et a cosigné l'album "J'perds pas la boule", qui retrace notamment sa vie de footballeur et sortira début septembre.


Vikash Dhorasoo a eu plusieurs vies. Après l'arrêt de sa carrière de footballeur en 2008, l'ancien milieu de terrain, qui a disputé son dernier match en septembre 2006 avec le PSG avant de se faire licencier, a ensuite été joueur de poker, puis éphémère président de club, à l'Entente Sannois Saint-Gratien, ou encore consultant dans les médias. Et il s'est aussi engagé dans le milieu associatif, puis en politique. Il était d'ailleurs candidat à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris, au nom de La France Insoumise, et avait terminé cinquième du premier tour des dernières municipales, avec 9,29% des voix. Également acteur, comme dans "Tout Simplement Noir", il a aussi co-réalisé le film "Substitute", sur sa vie de remplaçant au Mondial 2006, et a écrit un livre ("Comme ses pieds" en 2017). Et l'ancien Havrais s'est lancé dans une nouvelle aventure : la bande dessinée. 

Avec Zidane, Domenech, Sarkozy... 

Avec Emilie Gleason, autrice de BD belgo-mexicaine qui a reçu le prix révélation à Angoulême l'an dernier pour son livre "Ted drôle de coco", il cosigne l'album "J'perds pas la boule", où on pourra découvrir "ses souvenirs d'ex-footballeur, qui sont racontés ici sur le mode drolatique de gags en une ou deux pages", et qui sortira le 2 septembre prochain aux éditions Revival. D'après le Journal du Dimanche, on pourra notamment croiser Zinedine Zidane, Raymond Domenech, Yannick Noah ou encore Nicolas Sarkozy. Dhorasoo devrait toutefois continuer en politique, comme il l'avait laissé entendre après les résultats du premier tour des municipales. Toujours aussi engagé, il avait d'ailleurs participé le mois dernier au bâchage d'une statue du Général Gallieni avec des militants anti-racistes. "On pense qu'il faut déboulonner certaines statues qui représentent le colonialisme. Gallieni est quelqu'un qui a massacré plus de 500 000 personnes pour coloniser Madagascar puis mettre les gens au travail forcé, expliquait-il alors à BFM. Je pense que ces statues, il faut les mettre dans les musées avec une plaque pour expliquer. On doit revisiter l'Histoire. L'Histoire n'est pas figée. Cette statue montre l'histoire du colonialisme vue par les vainqueurs mais il y a aussi des gens qui ont souffert."  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.