Un nouveau sélectionneur en Côte d'Ivoire

Un nouveau sélectionneur en Côte d'Ivoire©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 04 mars 2020 à 16h00

Patrice Beaumelle, entraîneur français et ancien adjoint de Hervé Renard, prend les rênes des Eléphants.

Pour succéder à Ibrahim Kamara, limogé le mois dernier, la Côte d'Ivoire a choisi une vieille connaissance. La FIF a annoncé mercredi la nomination de Patrice Beaumelle au poste de sélectionneur national. Le technicien français va retrouver un pays qu'il connaît bien, pour avoir été l'adjoint d'Hervé Renard lors de son passage à la tête des Eléphants, terminé en beauté par la conquête d'un deuxième titre de champion d'Afrique, en 2015 sur les pelouses de Guinée équatoriale. Âgé de 41 ans, le natif d'Arles a signé un contrat d'un an, soit jusqu'au 28 février 2021. Resté en poste au Maroc l'été dernier après le départ d'Hervé Renard, le nouveau coach va devoir se mettre rapidement au travail, en vue de la double confrontation face à Madagascar, dans le cadre des 3eme et 4eme journées des éliminatoires de la CAN 2021, les 27 et 30 mars prochains.


Patrice Beaumelle a été préféré à d'autres candidats, parmi lesquels Sébastien Desabre, qui avait été contacté ces dernières semaines. L'heureux élu du jour a signé un contrat court, compatible avec les moyens actuels de la FIF, contraints par les ardoises laissées par les licenciements avant terme de ses prédécesseurs Marc Wilmots et d'Ibrahim Kamara. Cette nomination ôte aussi une belle épine du pied de la Fédération marocaine, qui avait vu Beaumelle être progressivement "placardisé", après avoir été démis de toute fonction à la tête des équipes de jeunes et refusé par Vahid Halilhodzic, qu'il envisageait de seconder à la tête de l'équipe A. Cinq ans après son départ d'Abidjan, Patrice Beaumelle y revient pour le plus beau défi de sa carrière d'entraîneur. Il n'y aura pas d'état de grâce, sur le terrain comme en coulisses : la Côte d'Ivoire a déjà grillé un joker dans les éliminatoires de la CAN 2021, tandis que la prochaine élection à la présidence de la Fédération pourrait bouleverser la donne du côté de ceux qui décident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.