Tunisie : La polémique après la mort d'Hammadi Agrebi

Tunisie : La polémique après la mort d'Hammadi Agrebi©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le lundi 24 août 2020 à 17h55

Après la mort d'Hammadi Agrebi, le Premier ministre a voulu rebaptiser le stade de Radès. Une annonce qui a fait polémique.

La Tunisie a perdu vendredi l'un des footballeurs les plus brillants de son histoire. Hammadi Agrebi, l'ancien milieu de terrain offensif du CS Sfaxien et de l'équipe nationale, est décédé à l'âge de 69 ans des suites d'une longue maladie. ce grand dribbleur avait depuis 2017 une statue à son effigie aux abords du stade Taïeb-Mhiri, où reçoit le CSS. Elément majeur de l'épopée des Aigles de Carthage lors du Mondial 1978 en Argentine aux côtés de Tarek Dhiab et de Najib Ghommidh sous les ordres de Majid Chettali (la Tunisie devint la première équipe africaine à remporter un match de Coupe du Monde, face au Mexique (3-1), ndlr), Agrebi était une légende vivante du Club Sportif Sfaxien, où il avait effectué la plus grande partie de sa carrière. En signe de reconnaissance pour celui qui était considéré comme le plus grand joueur de l'histoire du club, la formation sudiste avait décidé de ne plus attribuer le numéro 8, celui que portait habituellement la légende Hammadi Agrebi, enterrée samedi à Sfax en présence d'une assistance très nombreuse.


Parmi les personnalités à avoir rendu hommage au défunt "magicien", le Premier ministre Elyes Fakhfakh a fait basculer le football tunisien du recueillement à la polémique. Samedi, le chef du gouvernement a créé la surprise en annonçant sa décision de rebaptiser le stade de Radès "stade Hammadi Agrebi", en signe d'hommage au défunt. Pris au dépourvu, non consulté, le maire de la ville de Radès, Jawhar Sellami, n'a pas caché sa désapprobation, ce lundi sur les ondes de Mosaïque FM. Et l'édile a de solides arguments juridiques : un arrêté daté du 12 juillet 2019 stipule qu'il n'est permis de donner des noms de personnes défuntes à des monuments que trois ans après la date du décès. La controverse vient en tout cas gâcher l'hommage à un joueur et à un homme très humble et respecté partout où il était passé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.