Togo : Lassés d'être violentés, les arbitres haussent le ton

Togo : Lassés d'être violentés, les arbitres haussent le ton
A lire aussi

Patrick Juillard, publié le lundi 11 février 2019 à 17h05

Après un week-end de violences à leur encontre, les arbitres du Togo haussent le ton dans un communiqué.

Trop, c'est trop. Après une nouvelle journée marquée par des violences contre les arbitres, l'Association nationale des arbitres de football du Togo hausse le ton. Dans un communiqué, les hommes en noir dénoncent des scènes de "chasse à l'homme" après plusieurs rencontres disputées le week-end dernier, et notamment Gbikinti-Gomido. Joué à Kabou, ce match a vu des spectateurs traîner à terre et molester l'arbitre et un de ses assistants, coupable à leurs yeux d'avoir refusé un but pour hors-jeu. La première assistante de cette même rencontre "n'a eu la vie sauve qu'en escaladant la clôture pour se réfugier dans une maison environnante avant d'en être évacuée après que les habitants aient pris le soin de la déguiser."

Une arbitre assistante dans le coma

Le drame n'a en revanche pas été évité à Dapaong, où l'une des arbitres assistantes du match Foadan-Dyto a passé plusieurs heures dans le coma à l'hôpital, où elle avait été évacuée après avoir été frappé à la tête dans les vestiaires, où le public l'avait pourchassée après le coup de sifflet final. Enfin, à Lavié, la rencontre Kotoko-Arabia a vu le public envahir l'aire de jeu dès le coup de sifflet final. Protégés par les gendarmes, les membres du corps arbitral ont dû attendre la dispersion de la foule à l'abri des vestiaires pour pouvoir quitter les lieux. Face à ces scènes, l'Association des arbitres interpelle la Fédération togolaise de football et lui demande de prendre ses responsabilités. En attendant, les arbitres sont appelés à ne pas répondre aux désignations pour la prochaine journée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.