Sextape Valbuena : L'information judiciaire est close

Sextape Valbuena : L'information judiciaire est close©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 24 juin 2020 à 12h37

Six mois après que la cour de cassation a rejeté la demande de Karim Benzema d'invalider une partie de l'enquête, l'information judiciaire à propos de l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena et dans laquelle l'attaquant du Real Madrid est mis en examen a été fermée.

Sextape de Mathieu Valbuena, l'information judiciaire est close. Troisième magistrat depuis la découverte de cette affaire de chantage à plancher sur le dossier, la juge d'instruction Anne Duval a fait parvenir le 28 février dernier un avis de fin d'information aux différentes parties concernées. En application de l'article 175 du Code Pénal, les parties en question ont maintenant trois mois pour formuler « une demande ou présenter une requête ». Une fois ce délai de trois mois atteint (délai allongé en raison de la pandémie de Covid-19), la juge d'instruction transmettra son ordonnance de non-lieu ou de renvoi. En attendant, Karim Benzema, mis en examen au même titre notamment que Karim Zenati et Youness Houass, ne sait toujours pas s'il devra passer par le procès en correctionnel de grande ampleur vers lequel on semble se diriger tout droit depuis la décision de l'assemblée plénière de la Cour de Cassation de décembre dernier. Benzema, Zenati et Houass s'étaient en effet pourvus en cassation pour contester la façon dont l'un des policiers concernés avait mené ses interrogatoires, les trois mis en examen dans cette affaire de chantage à la sextape lui reprochant notamment d'avoir manqué de loyauté et poussé à commettre une infraction.

Une affaire qui date de juin 2015

Une demande que l'assemblée plénière de la Cour de Cassation avait rejetée, validant du même coup l'enquête que contestait en premier lieu l'attaquant français du Real Madrid. A l'origine de l'affaire, Mathieu Valbuena avait déposé plainte en juin 2015 après avoir reçu plusieurs appels téléphoniques le pressant à verser une somme d'environ 150 000 euros en échange de la non-diffusion de la cassette de ses ébats supposés alors qu'il se trouvait à un rassemblement de l'équipe de France à Clairefontaine. Une information judiciaire avait ensuite été ouverte au tribunal de grande instance de Versailles le 31 juillet. Benzema, après avoir été mis en garde à vue pendant 24 heures le 4 novembre de cette même année 2015, avait été mis en examen pour « complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs » et également placé sous contrôle judiciaire. Auditionné quelques jours plus tard, Valbuena n'avait pas défendu son partenaire chez les Bleus, estimant qu'il ne pouvait « pas défendre l'indéfendable » et que « même à (son) pire ennemi, (il ne ferait) pas ça. » Les deux hommes, longtemps interdits de se voir ou de communiquer, auront peut-être l'occasion d'en reparler lors d'un éventuel procès.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.