Rami, une blague qui ne passe pas

Rami, une blague qui ne passe pas©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le jeudi 11 juin 2020 à 15h32

Taxé de racisme après son passage dans l'émission « Tous en cuisine », Adil Rami s'est vertement défendu. "Ça s'appelle de l'humour", a-t-il expliqué.

Après avoir dû s'excuser auprès de Rudi Garcia, qu'il avait chambré lors d'une partie de jeu vidéo en direct, Adil Rami s'est de nouveau justifié jeudi, mais cette fois en raison de son passage dans « Tous en cuisine », la veille sur M6. Lors de son arrivée dans l'émission de Cyril Lignac, où le plat du jour était un pad thaï, le défenseur tricolore a imité l'accent asiatique et dit : « Bondour, bondour ! » Ce qui a provoqué une petite gêne à l'antenne mais surtout de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, certains le qualifiant même de raciste.


"Moi, je suis pour la paix"

Des critiques auxquelles l'ancien Marseillais a répondu en vidéo sur Instagram, toujours sans filtre. "Hier, on a fait une émission sur M6 avec Cyril Lignac, on a pris du plaisir, c'était vraiment très bien. Mais comme dans les beaux livres, il y a toujours un élément perturbateur, un connard, qui vient essayer de faire son super héros. Une merde à clic, quelqu'un qui a besoin de followers... Apparemment, je serais un petit peu raciste car j'aurais dit « Bondour, bondour » et ça n'aurait pas plu. « Petit connard » (en imitant l'accent asiatique, ndlr), je vais juste expliquer quelque chose : je suis Marocain et mes enfants sont Vietnamiens. Si je veux faire l'accent « from Asie », ça s'appelle de l'humour. OK, connard ? Moi, je suis pour la paix, et tous ensemble. Alors viens pas foutre la merde et essaye de te rendre utile", a-t-il ainsi lâché.

Deux jours plus tôt, il avait présenté ses excuses à son ancien entraîneur Rudi Garcia après une "punchline" dont il a le secret. En pleine partie de Fifa 20 sur Twitch, Rami avait lancé : "Il n'y a pas de jeu, il n'y a pas d'âme. On dirait que c'est Rudi Garcia l'entraîneur !". Avant de s'en prendre aux "journalistes malveillants". "C'est un peu moi le coupable évidemment, je leur donne à manger. Ils ont publié tout ce que j'ai pu dire. D'une part, je n'en suis pas fier. Je voulais aussi m'excuser de cette punchline", expliquait-il notamment.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.