Qualifs CDM 2018 (Zone Afrique) : Les tops et les flops (J4)

Qualifs CDM 2018 (Zone Afrique) : Les tops et les flops (J4)©Media365
A lire aussi

Patrick Juillard, publié le mercredi 06 septembre 2017 à 18h55

Retrouvez après chaque journée des poules éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 en zone Afrique le bilan individuel et collectif, avec les tops et les flops, sélectionnés par l'équipe de Football365 Afrique.

LES TOPS...

La Tunisie et le Nigeria sont les mieux partis
La Tunisie et le Nigeria suivent des rythmes similaires sur la route qui conduit au Mondial en Russie. Avec dix points chacune en quatre matchs, les deux équipes restent les deux seules à ne pas encore avoir connu la défaite lors de cette campagne éliminatoire. Et même si elles devront patienter encore pour assurer définitivement la qualification, toutes deux sont bien parties. Les Super Eagles de Gernot Rohr auraient pu gagner face au Cameroun à Yaoundé, s'ils n'avaient pas fait les frais du sursaut de Lions Indomptables jusqu'alors méconnaissables. Le score final (1-1) les poussera à rester concentrés jusqu'au bout dans ce groupe B qui leur semble promis. Quant aux Aigles de Carthage, on ne croit hélas pas si bien dire lorsque l'on écrit qu'il vaut mieux ne pas être cardiaque pour les supporter. Trop repliés sur leur but, les hommes de Nabil Maaloul ont su rectifier le tir à temps, et leur coach avec, pour remonter deux buts à des Léopards dépités (2-2), mardi à Kinshasa.

Garry Rodrigues, la foi qui soulève les Bafana
Entre l'Afrique du Sud et le Cap-Vert, l'histoire a donné l'impression de bégayer ces derniers jours. Déjà battus (2-1) à Praia lors de la 3eme journée, les Bafana Bafana se sont de nouveau inclinés sur le même score mardi soir, sur leur pelouse de Durban. Si à l'aller, Nuno Rocha avait inscrit un doublé, c'est cette fois Garry Rodrigues qui, de deux frappes parfaites, a fait tourner le rêve mondialiste sud-africain au cauchemar. « Jouer la Coupe du Monde, c'est le rêve de tout footballeur. J'en rêve aussi, et pour moi rien n'est impossible », a déclaré l'ailier de Galatasaray après la rencontre. Dans ce groupe D qui ressemble à s'y méprendre à une course de lenteur, pourquoi Garry Rodrigues et les Requins Bleus n'auraient-ils pas le droit d'y croire ?

Djigui Diarra et les gardiens ont la main ferme
Impossible de traiter de cette quatrième journée sans rendre hommage aux gardiens de but. On citera la parade du Zambien Kennedy Mweene, parti cueillir le penalty tiré par Riyad Mahrez. On louera le talent du Libyen Mohamed Nashnush, excellent contre la Guinée, mais aussi et surtout la prestation exceptionnelle du Malien Djigui Diarra face au Maroc. Pourtant pas épargné par les Lions de l'Atlas, le jeune portier du Stade Malien s'est montré infranchissable, réussissant des parades réflexes rarement vues. Contrairement à une idée reçue, l'Afrique ne manque pas de bons gardiens.

... ET LES FLOPS

L'Algérie ne répond plus
A ceux qui pensaient que l'Algérie avait touché le fond à Lusaka, l'équipe nationale a montré mardi à Constantine qu'il était possible de creuser encore. Jusqu'à une date récente, les Fennecs pouvaient au moins se targuer d'être difficiles à battre devant leur fervent public. Ce n'est même plus le cas. Face à une cohérente et efficace formation zambienne, les partenaires de Riyad Mahrez, de retour pour l'occasion, ont sombré. Les explications ne manquent pas pour expliquer pareille débandade. Les décisions seront-elles à la hauteur ?

Des habitués en danger...
En 2010 comme en 2014, les cinq représentants africains à la Coupe du Monde étaient, par ordre alphabétique, l'Algérie, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Nigeria. Si les Super Eagles n'ont pas perdu leur savoir-faire en éliminatoires de la Coupe du Monde, avec un 27eme match sans défaite en éliminatoires, on ne peut en dire autant des autres habitués. L'Algérie et le Cameroun sont d'ores et déjà éliminés, le Ghana va se contenter de jouer les arbitres dans le groupe E, mené par l'Egypte, et enfin la Côte d'Ivoire a laissé passer une occasion de prendre le large dans le groupe C, en s'inclinant piteusement chez elle face au Gabon (1-2), qu'elle avait pourtant battu sans coup férir à Libreville le week-end précédent.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU