Oostende : Ondoa fustige son licenciement

Oostende : Ondoa fustige son licenciement©Media365
A lire aussi

Clément Pédron, publié le mercredi 16 décembre 2020 à 15h11

Fabrice Ondoa, le gardien du KV Oostende, a réagi à propos de son licenciement avec effet immédiat dont il fait l'objet pour avoir organisé une soirée clandestine le week-end dernier. Le Camerounais se défend d'être l'organisateur et fustige le comportement de ses ex-dirigeants.

Un nouvel épisode est venu s'ajouter au feuilleton entre le gardien camerounais Fabrice Ondoa (24 ans) et le KV Oostende en Belgique. Dans un premier temps, mardi, le club installé dans la Flandre occidentale a publié sur son site un communiqué dans lequel il dénonce le « comportement égoïste et irresponsable » de son joueur. S'appuyant sur son énergie dépensée à veiller au bon respect des gestes barrières pour éviter une épidémie dans le club, le KV Oostende a dénoncé l'organisation d'une fête clandestine (appelée aussi lockdown party) par Fabrice Ondoa. Selon les informations belges, les voisins du gardien auraient appelé la police à cause de nuisances nocturnes provenant de la maison du Camerounais. À l'intérieur de la bâtisse, une dizaine de personnes se trouvaient dans la pièce en omettant les mesures restrictives à cause du virus.

Toujours selon le club, certains « fêtards » s'en sont pris aux policiers intervenus sur place. « Vu la gravité des faits, nous sommes contraints d'engager la procédure de licenciement à l'encontre de Fabrice Ondoa » peut-on lire sur le communiqué publié par le président exécutif de la formation belge, Gauthier Ganaye.



Ce mercredi donc, Fabrice Ondoa est sorti de son silence et le moins que l'on puisse dire est que la nouvelle est difficilement passée pour le Camerounais. Quelques heures après son licenciement, le portier a pris la parole sur les réseaux sociaux afin de faire connaître sa position. « Je viens d'apprendre la nouvelle cet après-midi (mardi) par courrier quasiment en même temps que la presse, a écrit Ondoa. Je vous avoue être choqué, car les dirigeants n'ont même pas pris la peine de m'inviter à m'expliquer sur les faits qui me sont reprochés. Ils prennent une décision aussi grave sans même prendre la peine de m'entendre. J'ai juste reçu un courrier de leur avocat. C'est scandaleux ! »

Sans pour autant en dire davantage sur les circonstances de cette mystérieuse fête, l'ex-gardien de Séville s'est défendu face à son désormais ancien club. « S'ils avaient pris la peine de m'inviter à m'expliquer ils auraient compris que je n'ai rien à me reprocher, a-t-il ajouté. Je n'ai rien organisé du tout et ce n'était sûrement pas une « lockdown party ». Les termes sont importants dans la vie... »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.