Montréal : Thierry Henry raconte son confinement

Montréal : Thierry Henry raconte son confinement©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT : publié le dimanche 14 juin 2020 à 00h57

Resté à Montréal, une ville à laquelle il est d'ores et déjà lié à vie, Thierry Henry est revenu samedi au micro de beIN Sports sur son confinement vécu au Québec, avec parfois une tendance à se montrer égoïste mais sans jamais oublier de respecter les mesures barrières.

Barbe bien fournie et t-shirt proche du corps attestant du soin qu'il a apporté à sa condition physique, Thierry Henry le tatoué, Thierry Henry l'affûté, est revenu samedi sur beIN Sports sur la manière dont il a vécu le confinement depuis Montréal, une ville qui n'aura désormais plus jamais le même sens à ses yeux. « Je serai toujours attaché à cette ville, parce que c'est ici que j'ai traversé cette période. Je ne suis pas ici depuis longtemps, mais je sais que j'aurai toujours un lien particulier avec cette ville. Cette expérience vécue dans cette ville restera à jamais gravée en moi. J'ai dû rester ici, ne sachant pas si le championnat allait redémarrer ou non, il fallait être dans les parages », a expliqué l'entraîneur français du club québécois, qui a visiblement respecté les mesures barrière avec le plus grand sérieux.

Henry : « Très important de faire ce qu'il est demandé »



« Je suis les règles (...) Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, il est très important de s'avoir s'adapter et de faire ce qu'il est demandé, afin de rester en sécurité et de ne pas contaminer les autres. Si on n'est pas testé, on ne sait pas si on a le coronavirus ou pas. C'est très important de ne pas le transmettre, de respecter les distances de sécurité sanitaire, de rester à la maison la plupart du temps (...) C'est un peu bizarre, parce que l'on utilise le mot ensemble alors que l'on doit respecter des distances. D'habitude, quand on est ensemble, on se touche, on recherche cette sensation, en particulier dans les pays latins, mais aujourd'hui, nous devons garder nos distances pour des raisons que nous connaissons tous », assure l'ancien attaquant de l'équipe de France, qui y voit beaucoup d'aspects positifs.

Henry : « J'ai pris un peu de temps pour moi »

« Face à ce virus, nous sommes tous redevenus humains. Ce virus nous a rappelés ce qu'être des humains voulait dire, et ce qu'être ensemble et être respectueux signifiait également. » Autre bienfait du confinement à en croire l'ancien coach de l'AS Monaco : il permet de s'adonner à des activités pratiquement impossibles à caser dans le planning du quotidien en temps normal. Quitte à se montrer plus égoïste là aussi qu'habituellement. « Je refais des choses que je faisais il y a longtemps, au tout début de ma carrière. Par exemple, je cuisine, je fais du ménage dans la maison. Je fais du sport et je prends soin de moi, ce que j'oubliais parfois de faire. En tant que joueur ou entraîneur, on donne beaucoup de temps aux autres, donc, là, j'ai pris un peu de temps pour moi. C'est un peu égoïste, je le reconnais. » Personne ne lui reprochera.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.