MLS : Six Africains retenus au Superdraft

MLS : Six Africains retenus au Superdraft©virginiasports.com, Media365
A lire aussi

Mathieu Lemée, publié le mardi 28 janvier 2020 à 18h35

Comme chaque année, la MLS a tenu sa séance de Superdraft sur deux jours, soit le 9 et le 13 janvier 2020, où les clubs pouvaient repêcher la crème des joueurs universitaires nord-américains qui ne sont pas déjà au sein d'une Académie. Du nombre des joueurs repêchés, six Africains ont été sélectionnés, le Nigeria et le Sénégal ayant l'honneur d'être les deux pays les plus représentés avec deux éléments. Portrait des heureux élus.

Daryl Dike (Nigeria, Orlando City FC)

Ce jeune attaquant de puissance (19 ans, 1m88) fut le cinquième choix au premier tour du Superdraft. Aussi à l'aise avec les pieds qu'avec la tête, Dike a connu une rapide progression avec l'université de Virginie où il a doublé ses statistiques dès sa seconde saison en 2019. Au total, il a récolté 15 buts et 9 passes décisives en 36 matchs disputés, tous comme titulaire sauf en une seule occasion. À noter que son frère ainé Chinedu "Bright" Dike, également cousin de l'international Emmanuel Emenike, a joué en MLS avec Portland et Toronto entre 2011 et 2015 en plus de disputer deux matchs (un but marqué) avec les Super Eagles entre 2012 et 2014.

Cherif Dieye (Sénégal, New York Red Bulls)

Né à Dakar, ce milieu offensif de petite taille (1 m 75) âgé de 23 ans a été sélectionné au quinzième rang du premier tour. S'il a été essentiellement remplaçant durant ses deux premières saisons avec l'université de Louisville, il s'est imposé comme un titulaire indiscutable au cours des deux suivantes en plus de connaître une courbe ascendante dans sa progression. En 80 matchs (39 comme titulaire), il a inscrit 19 buts et ajouté 8 passes décisives à son compteur.

Itunanyachi Achara (Nigeria, Toronto FC)

L'équipe basée dans la Ville-Reine a sélectionné au 25eme rang du premier tour pour une rare fois un jeune joueur africain (22 ans). Né à Enugu au Nigeria, Achara a très vite fait montre de ses capacités avec un ballon dans les rues de sa ville natale, au point que le célèbre ancien international Jay Jay Okocha, qui l'a aperçu dans un tournoi, l'a recommandé pour faire partie de l'équipe U17 du Nigeria. S'il est écarté de cette sélection qui a remporté la Coupe du Monde en 2013 et 2015, des entraîneurs collégiaux américains le remarquent dans divers autres tournois. Le jeune attaquant accepte alors de venir en Amérique pour jouer dans une école du Massachusetts. Par la suite, Achara choisit d'évoluer avec Georgetown dans le circuit universitaire, mais ses deux premières saisons sont ralentis par les blessures. Il rebondit toutefois en 2018 et 2019 comme attaquant titulaire où sa polyvalence au plan athlétique, technique et physique a pu s'exprimer (20 buts et 7 passes décisives en 55 matchs dont 45 comme titulaire).

Malick Mbaye (Sénégal, Toronto FC)

​Décidément, Toronto semble davantage s'intéresser aux joueurs africains évoluant dans les universités américaines. Après Achara, le TFC a sélectionné au septième rang du second tour le défenseur central sénégalais Malick Mbaye (ne pas confondre avec le milieu du même nom évoluant avec le Chievo Vérone). S'il n'est pas le plus grand en taille pour jouer dans la charnière centrale (1m80, 23 ans), son leadership et son engagement n'ont pas passé inaperçu au cours de ses trois saisons (49 matchs) avec l'université Clemson, où il a été désigné meilleur nouveau venu et défenseur de l'année de la Conférence Atlantique en 2019.

Joris Alhinvi (Bénin, Cincinnati FC)

​​Ce premier choix du troisième tour (53eme au total) a connu un parcours atypique. En effet, le milieu offensif béninois de 24 ans (1m79) a fait ses débuts professionnels en 2012 avec l'équipe réserve de Valenciennes. Ses performances attirent l'attention de la direction de Montpellier qui lui offre un contrat en 2014. Au sein de l'équipe B de la Paillade, il s'épanouit aux côtés d'un compatriote, Steve Mounié, en étant impliqué dans la majorité des buts inscrits. Mais au lieu de passer en équipe première, Joris Alhinvi est envoyé sur le marché des transferts où il est ciblé par plusieurs clubs anglais. Des négociations avancées avec Crystal Palace n'aboutissent pas et il se retrouve au Lège Cap-Ferret, en cinquième division. C'est dans ce contexte qu'il décide de partir en 2016 aux États-Unis, où il a évolué pendant trois ans avec l'Université Internationale de la Floride et où il fait montre de son talent offensif (16 buts, 9 passes décisives en 43 titularisations sur 47 matchs). Toutefois, il a disputé sa dernière saison universitaire avec Indiana en 2019 (10 matchs, 5 comme titulaire et 2 buts au compteur). Reste à savoir s'il aura un jour sa chance de jouer en première division MLS dès 2020 avec le Cincinnati FC.

Younes Boudadi (Maroc, Los Angeles FC)

​​Comptant parmi les derniers choix de la Superdraft 2020 (102eme au quatrième tour), Younes Boudadi a d'abord été formé à l'Académie de club Bruges en Belgique où il a grandi à partir de 2012. Bien qu'il ait fait son apprentissage graduel avec succès au poste d'arrière-droit, le jeune marocain de 24 ans a déménagé aux États-Unis en 2016 pour poursuivre sa carrière avec l'université de Boston College où il a évolué cette fois au poste de latéral gauche. Si son profil est d'abord défensif, il est titularisé à tous les matchs pendant deux ans, avant de passer à l'université Creighton où il est également l'homme de fer dans le bloc défensif pendant deux autres saisons avant d'être sélectionné par LAFC. À noter qu'il a également disputé six matchs pour la sélection du Maroc lors de la CAN U17 de 2013, quatres autre l'année suivante lors des championnats du monde des moins de 17 ans, et un match avec la sélection marocaine des moins de 20 ans face au Togo en 2014.

(Avec la précieuse collaboration de Florian Maugé, spécialiste du football collégial américain)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.