Mali : Non pour Dembélé, oui pour Doucouré

Mali : Non pour Dembélé, oui pour Doucouré©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le mercredi 09 mars 2022 à 11h15

Annoncés comme possibles renforts pour le Mali, les binationaux Moussa Dembélé et Abdoulaye Doucouré vont-ils vraiment rejoindre les Aigles ? Le point sur le dossier.

Viendront, viendront pas ? Le mois dernier, le président de la Fédération malienne de football, Mamoutou Touré, dit « Bavieux », avait aiguisé l'appétit des supporters des Aigles en annonçant les arrivées possibles dans le nid de deux joueurs binationaux très cotés. « Nous sommes en négociations pour la venue d'Abdoulaye Doucouré, Moussa Dembélé et Cheick Doucouré et d'ici la fin de la semaine nous auront un résultat », avait déclaré le dirigeant. Depuis, aucune confirmation officielle n'est intervenue et l'on en est réduit à se perdre en conjectures.

Moussa Dembélé pas encore décidé

Avant la communication de la liste de Mohamed Magassouba pour les barrages du Mondial 2022 contre la Tunisie (les 25 et 29 mars prochains), il apparaît que tous ne seront pas au rendez-vous. Selon les informations recueillies par Football365 Afrique, ce sera non pour Moussa Dembélé. En plein regain de forme avec l'OL, l'attaquant de 25 ans n'aurait pas donné suite pour l'heure. Les discussions auraient en revanche été plus fructueuses avec Abdoulaye Doucouré (29 ans), le milieu de terrain d'Everton. Le cas de son homologue du RC Lens, Cheick Doucouré, est différent, puisque l'intéressé avait lui-même décidé de se concentrer sur son club plutôt que d'aller jouer la CAN au Cameroun.

Plea tel Kondogbia ?

Ces trois joueurs ne sont pas les seuls à figurer dans le viseur du Mali, qui pourrait tenter le coup pour Alassane Plea (29 ans). Déjà apparu avec les Bleus mais uniquement en matchs amicaux, l'attaquant du Borussia Mönchengladbach reste donc éligible pour le pays de ses ancêtres, en quête de sang neuf en attaque, où l'émergence récente du néo-Lorientais Ibrahima Koné n'a pas comblé tous les manques. Affaire(s) à suivre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.