Ligue de la Concacaf : Le vice-président du Suriname titulaire à 60 ans !

Ligue de la Concacaf : Le vice-président du Suriname titulaire à 60 ans !©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 22 septembre 2021 à 15h08

Ronnie Brunswijk, vice-président controversé du Suriname, était titulaire et capitaine pour le huitième de finale de la Ligue de la Concacaf entre son club de l'Inter Moengotapoe et les Honduriens d'Olimpia.



Une drôle de scène s'est déroulée mardi lors du huitième de finale aller de la Ligue de la Concacaf entre le club surinamien de l'Inter Moengotapoe et les Honduriens d'Olimpia. Propriétaire du club de Moengo, le vice-président surinamien Ronnie Brunswijk était en effet titulaire et capitaine au Frank Essed Stadion de Paramaribo, alors qu'il est âgé de 60 ans et 198 jours ! Ce qui en ferait le joueur le plus âgé de l'histoire à prendre part à une rencontre internationale de club. Il aura disputé 54 minutes avant de se faire remplacer. Le score était alors de 3-0 pour les visiteurs, qui l'ont finalement emporté 6-0. Le match retour du huitième de finale de cette compétition, qui est une sorte d'équivalent sud-américain de la Ligue Europa, aura lieu mardi prochain dans la capitale hondurienne, et devrait être une formalité. Mais Ronnie Brunswijk ne jouera pas.

Car cet ancien garde du corps de l'ex-dictateur surinamien Desi Bouterse a eu quelques problèmes avec la justice et ne prendra pas le risque de quitter le pays, appelé Guyane néerlandaise jusqu'à son indépendance en 1975. Sergent dans l'armée avant de devenir un chef rebelle, il a été condamné par contumace à huit ans de prison en 1999 par la justice néerlandaise pour trafic de cocaïne et à dix ans par la justice française. Mais le Suriname n'expulse pas ses ressortissants. Ces condamnations ne l'ont donc pas empêché de poursuivre sa carrière en politique, puisqu'il a été élu député en 2005, et de faire aussi parler de lui dans le milieu footballistique. Après avoir fait construire un stade à son nom, le Ronnie Brunswijkstadion, pour l'Inter Moengotapoe, il avait été dans un premier temps suspendu pour avoir menacé des joueurs avec une arme à feu en 2005, une sanction finalement levée, avant d'écoper d'un an de suspension en 2012 pour des faits de violence envers un arbitre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.