Le Zamalek bat l’Espérance (3-1) et gagne la Supercoupe de la CAF

Le Zamalek bat l’Espérance (3-1) et gagne la Supercoupe de la CAF©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le vendredi 14 février 2020 à 20h25

Le Zamalek a disposé de l'Espérance de Tunis (3-1) et remporté la Supercoupe de la CAF, vendredi à Doha.

Le Zamalek a battu l'Espérance de Tunis (3-1) et remporté la Supercoupe pour la quatrième fois de son histoire, vendredi à Doha. Après avoir ouvert le score dès l'entame grâce à une tête au premier poteau signée Youssef Obama (2eme, 0-1) sur un bon service d'Abdel-Shafi, les Egyptiens ont fait la course en tête tout au long de la partie, face à des Espérantistes loin de leur maîtrise habituelle, qui ne se créaient que deux occasions nettes en première période, avec à chaque fois Mahmoud Elhouni à la passe en retrait et Kwame Bonsu à la finition, du plat du pied (13eme, 20eme). Sans succès. Bien compacts devant leur but, plus tranchants et précis, les Chevaliers Blancs manquaient de peu le break par Mostafa Mohamed (15eme), dont la frappe soudaine rasait la transversale après une remise d'Obama, puis Achraf Bencharki, qui ratait de peu le cadre lorsque Ben Cherifia repoussait comme il le pouvait une tentative de Mostafa Mohamed (42eme).

Un Bencharki clinique

Les choses semblaient enfin tourner dans le sens de l'Espérance au retour des vestiaires, quand l'arbitre sud-africain Victor Gomes faisait appel au VAR et sifflait un penalty sur une main de Mahmoud Hamdy. Abdelraouf Benguit ne tremblait pas au moment d'exécuter la sentence (53eme, 1-1). Mais la joie était de (très) courte durée pour les Sang et Or. Dans la foulée, Kwame Bonsu ratait une relance. Petite cause, grands effets : Bencharki filait au but, résistait à l'international ghhanéen et plaçait une frappe parfaite dans le petit filet opposé (58eme, 1-2). Malgré les tentatives désordonnées des Tunisiens, le score n'évoluait plus, et ce sont au contraire les hommes de Patrice Carteron qui portaient l'estocade par Bencharki (90eme+5, 1-3), offrant une seconde Supercoupe consécutive au technicien français, déjà vainqueur avec le Raja Casablanca la saison passée contre... l'Espérance, qui voit l'histoire se répéter. Après avoir longtemps menacé de ne pas jouer l'épreuve, le Zamalek réussit le match parfait et repart du Qatar avec le trophée, s'adjugeant un net ascendant psychologique sur son futur adversaire des quarts de finale de la Ligue des Champions.

Les onzes de départ :


Vos réactions doivent respecter nos CGU.