" Le défi du champion ", un film autour de l'AS Rome

" Le défi du champion ", un film autour de l'AS Rome©destinydistribution, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, publié le jeudi 30 juillet 2020 à 11h00

Le 5 août sort en salles au cinéma « Le défi du champion » qui narre l'histoire de Christian Ferro, star rebelle du club de foot de la Roma abonnée aux frasques. Le jeune meneur de jeu de 20 ans va devoir étudier et passer son bac pour pouvoir rejouer le dimanche sur les terrains de Serie A...



S'il n'a pas repris en France où les autorités en ont décidé ainsi en pleine pandémie de coronavirus, le football est notamment revenu en Allemagne, Angleterre, Espagne et en Italie. Le ballon rond est également de retour au cinéma le 5 août ! D'Italie, il en est justement question puisque c'est un long-métrage transalpin qui débarque sur les écrans en ce début du mois d'août. « Le défi du champion » arrive dans les salles obscures et propose un scénario se passant dans un célèbre club. Après « Goal » qui se déroulait notamment au Real Madrid, l'action se passe cette fois-ci au sein de l'AS Rome, équipe plus fréquemment nommée « la Roma ».

Ballon rond et septième art ont offert des films comme « Coup de tête », « A nous la victoire », « Didier », « Hooligans », « Looking for Eric », « Shaolin Soccer », « Le ballon d'or », « A mort l'arbitre » ou plus récemment « La surface de réparation ». Dans « Le défi du champion », le spectateur est directement plongé dans le quotidien de Christian Ferro, star de la Roma à seulement 20 ans. Meneur de jeu talentueux, c'est aussi un enfant terrible du foot. Le jeune Italien est en effet abonné aux frasques en tous genres. Le film débute ainsi par une scène de vol dans un magasin d'un centre commercial. Provoqué par un membre de son conséquent entourage (qui se révèlera encombrant) et critiqué pour être « trop précieux », Ferro s'enfuit les vêtements à la main. Il ira dribbler les agents de sécurité avant d'être rattrapé par la patrouille. Avec cette scène traversée d'une bande-son très rock, le ton est donné.

Une belle complicité entre l'enfant terrible du ballon rond et le professeur solitaire va se nouer

Le flambeur à la queue de cheval et à la boucle d'oreille a volé pour rire et refait la une des gazettes après avoir notamment eu un accident de voiture et écopé d'un carton rouge sur les terrains. Arrogant, il roule des mécaniques, se la coule douce dans sa somptueuse villa en compagnie de ses potes, se marre. Mais son patron, lui, ne rit plus. A force, ses écarts le rattrapent et ont raison de la patience du volcanique président de la Roma. Le numéro 24 des Giallorossi, très bling-bling et grassement rémunéré (3 millions d'euros par an), est traité « d'abruti » par le boss du club de la Louve qui ne supporte plus ses incartades. Sorte de mélange entre Mario Balotelli (pour ses nombreux écarts) et Neymar (pour son talent et son entourage fourni), Christian Ferro doit étudier pour passer son bac. Et réviser pour jouer le dimanche.

Intervient alors le deuxième personnage principal et présent sur l'affiche du film : le professeur, Valerio. Campé par Stefano Accorsi, aperçu en France dans la série « Mafiosa, l'enseignant, solitaire et fauché, va alors tenter d'aider ce jeune homme au sourire aussi doux que ravageur dont il ne sait même qui il est. Cet enfant terrible du ballon rond a tout pour être heureux, mais en réalité, il ne l'est pas. Il cache des blessures intimes, comme son professeur avec qui une belle complicité va se nouer.

Le film a eu accès aux installations de la Roma

Christian Ferro, interprété par un Andrea Carpenzano assez habile balle au pied dans plusieurs scènes, va s'assagir et se confier. Sous ses dehors de jeune homme rebelle, se cache un être sensible et généreux. Les rebondissements et les révélations vont s'enchaîner dans ce film qui a eu accès aux installations de la Roma. Il caricature un peu parfois le foot d'aujourd'hui, même s'il est habilement réalisé par Leonardo D'Agostini, passionné de football et inspiré pour son histoire par Balotelli et Antonio Cassano, ancien attaquant de la Roma et du Real Madrid.

« Ce qui m'intéressait, c'était l'idée d'un jeune homme de 20 ans, millionnaire et qui peut faire tout ce qu'il veut. Néanmoins, sa carrière reste encore à construire et son talent doit être dirigé, confie le réalisateur italien. Les seules personnes qui peuvent avoir, aussi jeunes, ce pouvoir et cette reconnaissance, ce sont les joueurs de football, du moins en Italie... beaucoup plus que les rockstars ! » L'ensemble est plutôt sympathique et réussi même s'il grossit les traits. Un feel-good movie que l'on peut voir en famille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.