La FIFA remet la pression sur le Cameroun dans le dossier des salaires impayés

La FIFA remet la pression sur le Cameroun dans le dossier des salaires impayés©Media365
A lire aussi

Patrick Juillard, publié le jeudi 23 mai 2019 à 20h15

La FIFA somme le Cameroun d'agir dans le dossier des salaires impayés des joueurs des clubs du pays.

La FIFA remet la pression sur le Cameroun. Accusé de rester passif face au problème galopant de non-paiement des salaires des joueurs dans les clubs du pays, le nouveau président de la Fédération camerounaise, Seidou Mbombo Njoya, a reçu un nouvel avertissement de l'instance mondiale. Via un courrier signé par la secrétaire générale Fatma Samoura (photo), la Fécafoot se voit reprocher la nomination à la tête du comité chargé de résoudre cette crise de Faustin Domkeu, qui n'est autre que le président d'un des clubs insolvables, New Stars de Douala.

Une situation de conflit d'intérêts

Dénonçant un "conflit d'intérêts", la FIFA recommande que le "comité ad hoc soit présidé par une personne indépendante avec les qualifications requises". Est également épinglée l'absence de preuve de certains paiements prétendument effectués par les clubs. "Dans ce contexte, et afin d'éviter une quelconque manipulation, nous soutenons la proposition de la Fifpro selon laquelle le comité ad hoc devrait seulement accepter des relevés bancaires ou une confirmation écrite du joueur", peut-on encore lire.

Une date butoir : le 31 mai 2019

Le courrier est assorti d'une date butoir qui lui donne des allures d'ultimatum. La Fécafoot est sommée de nommer une nouvelle personne pour présider le comité, et dispose jusqu'au 31 mai 2019 pour adresser un rapport à la FIFA, résumant "l'état des travaux du comité ad hoc et répondant aux allégations adressées par la Fifpro". Pour rappel, un récent rapport du Syndicat national des footballeurs camerounais tendait à démontrer que 24 clubs camerounais sur 33 n'avaient pas payé de salaires à leurs joueurs au titre de la saison 2017/2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.