Justice : Prison ferme pour un ancien de Ligue 1

Justice : Prison ferme pour un ancien de Ligue 1©Media365

Rédaction Media365, publié le mercredi 26 mai 2021 à 15h40

Youssef El Arabi, l'attaquant international marocain de l'Olympiakos, a été condamné à un an de prison ferme par le tribunal de Montpellier. Il lui est reproché d'avoir participé au passage à tabac de deux jeunes mineurs.

La justice a rattrapé Youssef El Arabi. Mercredi dernier, alors que l'attaquant s'apprêtait à disputer la finale de la Coupe de Grèce avec l'Olympiakos (perdue 2-1 face au PAOK Salonique, ndlr), le tribunal correctionnel de Montpellier a condamné l'international marocain de 34 ans à un an de prison ferme assorti d'une amende de 3000 euros pour avoir pris part au passage à tabac de deux jeunes gens mineurs.

L'une des victimes frappée à l'œil

Les faits remontent au 24 juin 2017, alors qu'était célébré l'Aïd el-Fitr, la fête musulmane marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan. Le joueur, en compagnie de deux de ses frères et de leur beau-frère, aurait ce jour-là participé au tabassage de deux jeunes de 13 et 16 ans, qui avaient jeté des bouteilles en verre sur la terrasse d'une maison où se trouvait le joueur et des membres de sa famille. Le quotidien Le Midi Libre, qui relate les faits, précise que l'une des victimes aurait été frappée à l'œil. « J'ai vu les jeunes en boule au sol pour se protéger face aux coups », a raconté un témoin de la scène, à l'audience du tribunal.

La peine pourrait être aménagée

Face au juge, El Arabi et ses frères ont nié avoir porté des coups violents, évoquant tout au plus des « claques derrière la tête ». « Les deux jeunes gens étaient repartis sans aucun bleu ni saignement », à les en croire. Lors de l'enquête, Youssef El Arabi avait admis avoir donné « une claque pour calmer l'un des deux ». La défense n'a pas convaincu le tribunal correctionnel de Montpellier, qui a condamné les quatre hommes à de la prison ferme. Il n'est pas certain que l'ancien buteur de Caen, absent à l'audience, passe par la case prison. Sa peine (trois ans de prison dont deux avec sursis probatoire) pourra « être aménagée par le juge d'application des peines ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.