Italie : Face au conservatisme, une Squadra Azzurra en reconstruction

Italie : Face au conservatisme, une Squadra Azzurra en reconstruction©Media365

Maxence Dourlen, publié le vendredi 23 mars 2018 à 08h54

Meurtrie depuis l'élimination par la Suède lors des barrages des éliminatoires de la Coupe du monde, la Squadra Azzurra tente progressivement de relever la tête. Opposée à l'Argentine (20h45), la sélection nationale italienne devrait faire un premier pas vers la nouvelle génération lors de cette rencontre. Un premier pas timide certainement freiné par le retour de Gianluigi Buffon...

Le jour d'après. Depuis ce 13 novembre 2017 où la Squadra Azzurra n'a pas réussi à faire chavirer le navire suédois, toute l'Italie tente de panser ses plaies. Des plaies profondes et douloureuses suite à cet échec historique et inattendu. Une terrible déconvenue pour Giampiero Ventura et ses hommes. En juin prochain, l'Italie manquera la 21eme édition de la Coupe du Monde en Russie. Une première depuis 1958. Après la tempête vient donc le temps du renouveau pour l'Italie qui observera, ce soir, les premiers bourgeons du travail effectué par Luigi Di Biagio depuis son intronisation au poste de sélectionneur de la Nazionale début février. Ancien coach des Espoirs italiens, celui qui a échoué face à Fabien Barthez au Mondial 1998 ressent déjà le lourd poids de l'héritage laissé par son prédécesseur, licencié en novembre. Et de l'autre côté des Pyrénées, la pression se fait déjà ressentir sur celui qui n'a été nommé que pour assurer l'intérim...Claudio Gentile : « Di Biagio ne dispose pas des références de ses prédécesseurs »Avant le match face à l'Argentine, qui disputera la Coupe du Monde, certaines voix commencent à s'élever pour pointer du doigt les manquements de la fédération italienne. Pire, certaines personnalités du football transalpin mettent directement en cause la nomination de Luigi Di Biagio. Claudio Gentile, figure emblématique de la Squadra Azzurra et de la Juventus Turin a littéralement descendu en flammes le nouveau sélectionneur dans un entretien accordé à Radio Sportiva. « Il a échoué avec les Espoirs (à l'Euro 2017) avec lesquels il avait six joueurs de l'équipe A, après avoir déclaré que c'était la génération la plus forte de ces vingt dernières années. Ce poste qui lui a été confié ne me semble pas mérité, a-t-il déclaré. Avant de surenchérir en critiquant directement les choix de Di Biagio. Il ne me semble pas que Di Biagio dispose des références de ses prédécesseurs. [...] Peut-être qu'il n'y a pas non plus les joueurs qui méritent d'endosser ce maillot. S'il faut continuer à faire confiance à ceux qui n'ont pas réussi à se qualifier pour le mondial, cela n'a rien de positif. » Une dernière phrase loin d'être anodine...Le retour de Gianluigi Buffon divise, quid de Donnarumma ?De retour en sélection, Gianluigi Buffon n'aura jamais vraiment connu la retraite internationale. Forcément attristé après l'élimination face à la Suède, le légendaire portier italien avait annoncé la fin de son aventure avec la Squadra Azzurra à l'issue de cette rencontre. Convaincu de faire son come-back par Di Biagio, le capitaine de la Nazionale devrait prendre place dans le but italien lors des prochaines rencontres. Un retour retentissant qui pose quelques questions au pays du quadruple vainqueur de la Coupe du Monde. Quid de la nouvelle génération emmenée par Gianluigi Donnarumma ? C'est une question soulevée par de nombreux observateurs comme nous le confirme Lucas Simeoni, tifosi de l'Inter Milan. « Buffon mérite tout le respect du monde, les Italiens sont heureux de le voir avec la Squadra Azzurra assure-t-il. Malgré tout, je ne pense pas que ce soit bon pour la nouvelle génération. En Italie, nous souffrons du manque d'expérience au niveau international chez nos plus jeunes joueurs et ce retour n'est pas un bon message envoyé à ceux-ci. C'est assez révélateur. Il suffit d'observer les autres pays. Des joueurs de moins de 21 ans ont déjà joué plus de dix matchs en Ligue des Champions et trente avec leur sélection. Chez nous, les jeunes joueurs n'ont aucune expérience ! »Cutrone, Chiesa, Cristante : un nouvel espoirLas de ce côté conservateur observé au sein de la Nazionale, certains supporters italiens n'y croient tout simplement plus. Un sentiment perceptible même si le fatalisme ne s'est pas encore installé en dépit des dysfonctionnements observés au sein de la fédération. Pour Lucas Simeoni, « quelques motifs d'espoir existent. Même si certaines figures de l'échec face à la Suède restent en place, une nouvelle génération pousse pour faire sa place. De jeunes joueurs comme Federico Chiesa (Fiorentina) ou Patrick Cutrone (Milan AC) représentent l'avenir avec beaucoup de caractère et de passion », admet avec enthousiasme le supporter de l'Internazionale. D'autres, comme Insigne, Belotti, Immobile ou Verratti s'imposent au plus haut niveau. Une véritable satisfaction de l'autre côté des Pyrénées. Le prochain objectif sera d'incorporer un peu plus cette nouvelle génération qui devrait être animée par des joueurs comme Daniele Rugani (Juventus), Alessio Romagnoli (Milan AC), Bryan Cristante (Atalanta Bergame) ou encore Nicolo Barella (Cagliari). Un renouveau XXL qui ne devrait intervenir qu'avec la nomination d'un nouveau sélectionneur... Mancini, Conte ou encore Ranieri, les prétendants ne devraient pas manquer après ces deux rencontres amicales.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.