Il y a 25 ans, le football changeait pour toujours

Il y a 25 ans, le football changeait pour toujours©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber : publié le mardi 15 décembre 2020 à 17h58

Il y a 25 ans jour pour jour, le football entrait dans une nouvelle ère. Le 15 décembre 1995, la Cour de justice des Communautés européennes obligeait l'UEFA à changer ses règlements avec l'arrêt Bosman.



Ce 15 décembre, Alassane Pléa va se déplacer avec Mönchengladbach sur la pelouse de l'Eintracht Francfort ou Karim Benzema va être aligné sur le front de l'attaque du Real Madrid contre Bilbao. Tout cela aurait été impossible sans un évènement qui a marqué l'histoire du football contemporain : l'arrêt Bosman. Ce mardi, on célèbre le 25eme anniversaire de cette décision de justice rendue par la Cour de justice des Communautés européennes qui a posé les bases du football tel qu'on le connaît aujourd'hui. Sans le litige entre Jean-Marc Bosman et le FC Liège porté devant les tribunaux par le joueur belge, il n'y aurait pas autant de transferts entre clubs européens, ni de transferts gratuits quand le contrat d'un joueur arrive à expiration.

Un transfert vers Dunkerque qui s'est joué devant les tribunaux européens

En 1990, quand le milieu offensif voulait quitter le club de sa ville natale pour rejoindre Dunkerque en D2 française, son départ avait été refusé par le FC Liège. A l'époque, un club belge pouvait réclamer une indemnité de transfert pour un joueur qui s'en allait, même si son contrat était terminé. Par ailleurs, le nombre de joueurs étrangers était limité à trois dans chaque effectif professionnel. Une règle maintenue par l'UEFA malgré le traité de Rome qui autorisait la libre-circulation des travailleurs entre les pays membres de l'Union européenne. Cette affaire portée devant le tribunal de première instance de Liège dès 1990 s'est donc finalement jouée devant la plus haute juridiction européenne cinq ans plus tard. Le 15 décembre 1995, la CJCE donne raison au footballeur. Les joueurs en fin de contrat sont désormais libres et les quotas de joueurs étrangers issus de l'Union européenne abolis. Jean-Marc Bosman n'en a pas profité, mais son combat a changé le football pour toujours. Cette affaire judiciaire a rendu les effectifs plus internationaux provoquant une augmentation du nombre de transferts et a permis aux joueurs d'être en partie maître de leur destin. Un destin qui, comme pour Pléa ou Benzema, a été couronné de succès lors d'expériences à l'étranger.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.