Guinée : Mis au ban, Paul Put nie toute corruption

Guinée : Mis au ban, Paul Put nie toute corruption©Media365

Patrick Juillard, publié le dimanche 18 août 2019 à 15h45

Radié à vie pour corruption par la Fédération guinéenne, l'ex-sélectionneur du Syli national Paul Put contre-attaque, s'estimant victime d'un racket.

Radié à vie par la commission d'éthique de la Fédération guinéenne de football pour corruption, Paul Put ne reste pas sans réaction. L'ex-sélectionneur du Syli national nie en bloc. « Je n'ai jamais corrompu et personne ne m'a jamais corrompu. J'ai juste été victime de racket sur mon salaire, d'extorsion d'argent sous pression et c'est différent de la corruption », explique le technicien belge dans un communiqué, avant d'évoquer un racket.

Amadou Diaby, ordonnateur du « racket » ?

Celui-ci aurait été orchestré par Amadou Diaby, alors premier vice-président de la Feguifoot, suspendu pour sept ans (dont cinq ferme) par la commission d'éthique. « J'ai subi des pressions d'une seule et même personne, j'ai été racketté par le premier vice-président en me faisant croire que c'était avec la bénédiction et l'accord de la Fédération et j'ai cédé », poursuit le sélectionneur déchu, avant de conclure. « J'exige des excuses publiques de ceux qui ont porté atteinte à mon honneur. Ces mensonges ont terni mon image et je ne resterai pas les bras croisés. »

Le TAS, la CAF et la FIFA saisies

Il en faudra sans doute davantage pour réhabiliter Paul Put. Quant au fin mot de ce grand déballage, l'avocat du coach a sa petite idée. « Ils essaient d'éviter le paiement de l'indemnité de départ », a dit Me Kris Luyckx, cité par l'agence Belga. Et d'annoncer la saisine du TAS, de la CAF et de la FIFA pour obtenir son dû. Le feuilleton n'en est donc certainement pas à son dernier épisode.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.