Cris racistes : Une très faible amende en Russie

Cris racistes : Une très faible amende en Russie©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 23 juin 2020 à 23h54

Après les cris racistes à l'encontre du Brésilien Malcom, aujourd'hui au Zénith Saint-Pétersbourg, le CSKA Moscou a été condamné à payer une amende de 1285 euros...



Une sanction pas vraiment dissuasive. La fédération russe de football a condamné mardi le CSKA Moscou à s'acquitter d'une amende de 100 000 roubles, soit environ 1285 euros, après des cris racistes proférés samedi dernier par certains supporters moscovites à l'encontre de l'ancien Bordelais Malcom, qui évolue au Zénith Saint-Pétersbourg. Le Brésilien a inscrit un doublé lors de cette large victoire (4-0) de son équipe avant d'être pris partie verbalement par des fans locaux, alors que le nombre de spectateurs dans la VEB Arena était limité en raison de la crise sanitaire.

L'hostilité de ses propres supporters

Cette amende est la plus faible pouvant être infligée pour l'utilisation de termes discriminatoires par des supporters, selon les lois de la fédération russe. Président de la commission de discipline, Artur Grigoryants a ensuite déclaré à l'agence RIA Novosti que le verdict avait pris en compte le nombre relativement peu élevé de supporters impliqués. Transféré l'été dernier du FC Barcelone au Zénith pour 45 millions d'euros, Malcom avait déjà dû faire face l'hostilité de ses propres supporters dès son arrivée, avec une banderole aux relents racistes brandie lors de son premier match.

Interrogé ensuite sur le sujet, l'ex-Girondin n'avait pas voulu s'épancher. "Je fais mon travail. Tout ce que j'ai vécu dans la vie m'a servi comme carburant pour atteindre mes objectifs sportifs et personnels. C'est la vie d'un athlète, vous ne pouvez pas vous arrêter pour pleurer face à n'importe quelle situation. Vous devez vous concentrer sur vos objectifs", confiait-il ainsi dans un entretien accordé à Goal.com.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.