Corruption, favoritisme, harcèlement... Ahmad réagit aux accusations

Corruption, favoritisme, harcèlement... Ahmad réagit aux accusations©Media365

Patrick Juillard, publié le jeudi 18 avril 2019 à 11h20

Quelques jours après la révocation du secrétaire général de la CAF Amr Fahmy, Ahmad a réagi aux accusations dont l'Egyptien est porteur à son encontre.

Accusé de corruption, de mauvaise gestion et de harcèlement, le président de la CAF, Ahmad, est sorti du silence mercredi pour nier en bloc. Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, le dirigeant répond point par point. Les achats de voitures pour 400.000 euros ? Une décision de bonne gestion selon le Malgache : « Nous avons estimé que louer systématiquement des véhicules revenait très cher, d'où la décision d'en acquérir. » L'accord (désavantageux pour la CAF) avec le fournisseur Tactical Steel, qui aurait bénéficié de favoritisme en raison des liens familiaux entre Ahmad et ses dirigeants, selon les informations publiées le mois dernier par le bi-hebdomadaire algérien Botola ? « Cela a été fait de manière transparente. Les sommes engagées par la CAF ont toutes été validées », assure-t-il. L'entreprise française va « porter plainte contre Amr Fahmy », précise d'ailleurs le successeur d'Issa Hayatou.

Ahmad : « Nous avons des dossiers sur Fahmy »

Amr Fahmy, l'homme par qui le scandale est arrivé jusqu'aux oreilles de la FIFA, se fait renvoyer dans les cordes. « Nous avons des dossiers sur lui. C'est pour cela que nous avions décidé de ne pas le conserver », explique Ahmad au sujet de son ex-secrétaire général, dernier d'une lignée de serviteurs de l'institution, et donc brebis galeuse aux yeux du nouveau boss. « Amr Fahmy ne quitte pas la CAF après un accord à l'amiable, mais il s'agit bien d'une révocation. La décision avait été prise depuis plusieurs mois. Il avait connu des problèmes de santé. Et c'est pour cela que nous avions décidé d'attendre. Fahmy avait fait pression sur des employées égyptiennes afin de leur faire dire qu'elles étaient harcelées, ce qu'elles ont refusé de faire. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.